166 Vues
Enregistrer

À la schlague : définition & origine [expression]

Publié le 07/06/2021 (m.à.j* le 25/03/2023)
0 commentaire

À la schlague signifie : à la dure, de manière brutale, violente, autoritaire. L’emploi de cette expression est aujourd’hui rare. Elle est insolite et marque facilement les esprits. Elle est parfois considérée comme familière. Exemples : 

  • Après avoir suivi pendant plusieurs mois la méthode douce, les parents décidèrent d’éduquer leurs enfants à la schlague afin de les ramener « sur le bon chemin ».
  • On ne peut pas accepter que le ministre tente de faire passer sa réforme à la schlague sans consulter qui que ce soit avant. 
  • La question aujourd’hui est plutôt de savoir quel est l’outil qui va pulvériser l’empire Lagardère. Un bulldozer Bolloré armé d’une OPA ? Une chenille Arnault dotée d’intentions cauteleuses ? Un bon vieux plan d’économies maison à la schlague ?  (lesjours.fr)

 

À la schlague : origine de l’expression

La schlague est une correction brutale. Le terme est dérivé de l’Allemand der Schlag, « coup ». Le verbe schlagen signifie frapper, battre. Selon le TLFi ou le Dictionnaire historique de la langue française, l’emprunt viendrait d’une punition employée dans les armées allemandes qui consistait à frapper avec une baguette le dos des soldats châtiésLe terme apparaît en français à la fin du XVIIIe siècle : 

Si c’est M. le maréchal de Broglio qui a substitué au supplice de mort dont on punissait les marodeurs, la bastonnade qu’on appelle schlaguer, appliquée par le caporal qu’on appelle caporal schlageur […]

Encyclopédie méthodique. Art militaire. 1784 – 1797

Cette dernière discipline serait bientôt la seule en vogue, et les fouëts des commandeurs ne seraient qu’un épouvantail plus inutile que la schlague, si les travaux publics offraient à tous les habitants un moyen légal et facile de réprimer et de punir ceux d’entre leurs Esclaves qui auraient mérité quelque correction.

Mémoire en forme de discours sur la disette du numéraire à Saint-Domingue…, 1788

Dites-moi, mon lieutenant ; ce bon temps-là, c’était le temps des coups de bâton, de la schlague pour les soldats ?

Lettre particulière, 1820

Voir ici : pourquoi dit-on « battre sa coulpe » ?