91 Vues
Enregistrer

Froid de canard : définition & origine (expression)

Publié le 21/09/2020
0 commentaire

Un froid de canard signifie : un froid vif, un grand froid. On dit souvent « il fait un froid de canard ». On peut supposer que, le plus souvent, lorsqu’une personne dit cela, la fraîcheur qu’elle ressent est plus intense que celle que cette personne attendait. Exemple : « Oh ! mais il fait un sacré froid de canard, dis-moi ! ».

Un froid de canard : origine de l’expression

Cette expression vient, selon l’explication la plus commune et la plus vraisemblable, de l’idée qu’il fait un froid à pouvoir chasser les canards. En effet, ces oiseaux commencent leur migration aux saisons froides, et ils sont chassés au grand matin, aux heures les plus froides. Paradoxalement, l’usage de cette expression est assez récent. Elle n’est attestée que depuis le début la fin du XIXe siècle (cf. Google  Ngram). L’une des plus anciennes occurrences sur Gallica se trouve dans La Vie Parisienne du 17 janvier 1880 :

On fait son entrée sur le turf ; décidément, le soleil s’obstine ; il fait un froid de canard.

On la trouve en tout cas chez Proust, ce qui atteste peut-être dans sa popularité au début du XXe siècle. Les expressions « un froid de loup » ou « un froid de gueux » (rares) sont synonymes.

À lire en cliquant ici : quelle est l’origine de expression « avoir le béguin » ?

Exemples

  • Nous sortîmes à l’aube, et nous battîmes la campagne dans un froid de canard qui nous glaça jusqu’aux os ; j’ai gardé un souvenir très vif de cette épreuve.

Toujours est-il qu’il avait disparu sans qu’on eût eu le temps de s’en apercevoir, comme un dieu. « Vous avez tort, me dit M. de Cambremer, il fait un froid de canard. – Pourquoi de canard ? demanda le docteur. – Gare aux étouffements, reprit le marquis. Ma soeur ne sort jamais le soir.

Proust, À la recherche du temps perdu

Encore chauds du foie gras des fêtes, ils ont des chances de passer l’hiver. Quand on a compris que les mots sont beaucoup plus grands que les maux, eh bien, ça va, même par un froid de loup qui n’est qu’un froid de canard

Louis Pauwels, Le Droit de parler