158 Vues
Enregistrer

« À tous égards » ou « à tout égard » ?

Publié le 03/11/2021 (m.à.j* le 13/12/2022)
0 commentaire

On écrit : à tous égards. On peut aussi écrire « à tous les égards », « à différents égards », « à bien des égards », etc. Égard, esgard au XVe siècle, « opinion », « considération », « avis », est le nom dérivé (déverbal) d’un verbe de l’ancien français, esgarder, « regarder, considérer avec attention », « remarquer, considérer ».

Envoyez nous hauste princesse
Contre Sathan qui nous esgarde
Qui faict marcher son avantgarde
Son ost et son arrieregarde
Pour nous rompre noble duchesse

Jean Molinet, Les Faicts et Ditz…, 1537

À tous égards signifie donc « à tous les points de vue », mais est parfois employé au sens de « sur toutes les matières, dans tous les domaines ». Selon Le Bon Usage, l’exclusion du singulier est arbitraire mais conforme à la prononciation (on entend rarement « à tout-égard »). Le singulier n’existe pas dans l’usage. Mais des locutions similaires, comme « à tout point de vue », admettent un pluriel. Cette locution apparaît semble-t-il à la fin du XVIIe siècle : 

D’une chose qui n’est vraye qu’à quelque égard, il tire des conséquences, comme si elle estoit vraye absolument, & à tous égards ; […]

Réponse au livre de Monsieur l’évesque de Condom…, 1672

À lire ici : «bien sûr » ou « biensûr » ?

Exemples avec à tous égards

  • C’est une personne honnête à tous égards, cela ne fait aucune mais, malgré moi, j’ai du mal à m’entendre avec elle.
  • Ce roman est à tous égards le meilleur que nous ayons eu à lire pour le concours de cette année : félicitations !

Si l’on veut mettre sans préjugé dans la balance l’Odyssée d’Homère avec le Roland de l’Arioste, l’italien l’emporte à tous égards, tous deux ayant le même défaut, l’intempérance de l’imagination, et le romanesque incroyable.

Voltaire, Usages des quinzième et seizième siècles

Entreprenante à tous égards, elle eut, en 1950, le projet de créer une université pour les exilés, où se formeraient les futures élites politiques de l’Est.

François Chaubet, Histoire intellectuelle de l’Europe