Antiphrase : définition simple et exemples | Figure de style

L’antiphrase est une figure de style par laquelle on laisse entendre le contraire de ce que l’on veut vraiment dire ou écrire. On emploie un mot ou une proposition dans un sens contraire à son véritable sens.

Exemple :

Nous nous étions réunis pour choisir le cadeau d’anniversaire que nous allions offrir à Sylvie. Tous étaient prêts à donner 30€, sauf Jean, qui ne voulait pas céder plus de 5€.

 « Quelle générosité ! », lui dit Nicolas.

Nicolas ne pense pas que Jean soit généreux. Au contraire ! Il ironise sur son avarice. L’antiphrase est la figure par excellence de l’ironie. Elle permet de mettre facilement en évidence le ridicule d’une situation. Ainsi, on peut dire « Ne vous gênez pas ! » à quelqu’un qui fait quelque chose de dérangeant, ou « Délicieux ! » pour se moquer d’un repas visiblement dégoûtant.

Certains ne comprennent pas la différence entre antiphrase et ironie. L’antiphrase est une figure de style, une tournure de phrase qui produit un effet littéraire. L’ironie est un concept qui ne s’applique pas uniquement à une phrase, mais à l’être des choses ( on peut dire qu’une chose est ironique, comme dire qu’une chose est triste, ou bleue, ou compliquée, etc.). 

 

Autre exemple :

Dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais, Figaro après avoir été insulté de coquin et de maraud par le comte Almaviva, lui répond : 

[…] Voilà les bontés familières dont vous m’avez toujours honoré.

Le Barbier de Séville, I, 2 (Le Barbier de Séville)

Cette antiphrase de Figaro nous permet rapidement de comprendre que la valet dépasse son maître en esprit. Il retourne ici par l’ironie les duretés du comte à son égard. 

Voir ici : la liste de toutes les figures de style essentielles de la langue française !

 

L’importance du contexte pour comprendre une antiphrase

On ne peut comprendre une antiphrase sans une certaine complicité avec celui qui l’énonce. Ainsi, il serait bien difficile de comprendre que « Quel beau temps ! » est une antiphrase si on ne sait pas qu’il fait mauvais temps !

 

Construire une antiphrase

  • Métaphore : « Cet enfant est un ange ! » (devant un enfant insupportable).
  • Litote : « Il n’est pas si sot ! » (devant quelqu’un de très sot). 
  • Hyperbole : « Voilà une métropole qui regorge d’une incroyable vie » (devant une ville morte).

 

Étymologie d’antiphrase


Du grec antiphrasis (αντιφρασις), « désignation par le contraire ».

 

Exemples d’antiphrases


Exemples courants d’antiphrases

  • « C’est du joli ! » (pour quelque chose de négatif).
  • « Ne vous gênez pas ! » (à quelqu’un de dérangeant). 
  • « Voilà du beau travail ! » (pour quelque chose de raté, ou une bêtise, etc.).
  • « Ah bah bravo ! » 
  • « Tout le monde connaît sa grande bravoure ! » (pour quelqu’un de lâche).
  • « C’est malin ! »
  • « Cet honnête homme ! » (pour quelqu’un de maléfique).
  • « Il s’est particulièrement distingué ! » (pour quelqu’un qui raté quelque chose, qui a été mauvais, etc.).

 

Exemples littéraires d’antiphrases

Thomas Diafoirus

Monsieur, je viens saluer, reconnaître, chérir et révérer en vous un second père, mais un second père auquel j’ose dire que je me trouve plus redevable qu’au premier. Le premier m’a engendré ; mais vous m’avez choisi. Il m’a reçu par nécessité ; mais vous m’avez accepté par grâce. Ce que je tiens de lui est un ouvrage de son corps ; mais ce que je tiens de vous est un ouvrage de votre volonté ; et, d’autant plus que les facultés spirituelles sont au-dessus des corporelles, d’autant plus je vous dois, et d’autant plus je tiens précieuse cette future filiation, dont je viens aujourd’hui vous rendre, par avance, les très humbles et très respectueux hommages.

Toinette

Vivent les collèges d’où l’on sort si habile homme !

Molière, Le Malade imaginaire, II, 5 (Le Malade imaginaire)

Bien sûr, après un exposé si grotesque de Thomas Diafoirus, Toinette ne peut pas ne pas penser le contraire…

 

La question est une invention merveilleuse et tout à fait sûre pour perdre un innocent qui a la complexion faible, et sauver un coupable qui est né robuste.

La Bruyère, Les Caractères51 (IV) (Les Caractères)

Le terme question désignait la torture sous l’Ancien Régime.

 

La raison humaine est si peu capable de démontrer par elle-même l’immortalité de l’âme que la religion a été obligée de nous la révéler.

Voltaire, Lettres philosophiques, Treizième lettre sur M.Locke (Lettres philosophiques)

 

Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons, formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer.

Voltaire, CandideChapitre III (Candide, Chap III)

Voltaire est le maître ès ironie. Candide est une mine d’antiphrases !

 

L’homme continua: « Tu peux espérer que je vais bien la recevoir ». Il insista sur le mot « bien », de manière à montrer qu’il fallait comprendre tout le contraire. En outre, comme beaucoup de gens de l’île, il employait « espérer » à la place de « présumer »- qui, dans le cas présent, signifiait plutôt « craindre ».

Cet exemple est paradoxal : même sans l’explication de l’auteur, on comprend qu’il y a antiphrase.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

5 réponses

  1. Amani dit :

    Merci beaucoup c’est tres utile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *