Au fur et à mesure : définition & origine

Au fur et à mesure signifie : à mesure que, à proportion que, progressivement, petit à petit, dans le même temps que.

 

Au fur et à mesure : origine de l’expression


Fur, anciennement fuer puis feur et for, dérivé du latin forum (le marché, l’opération faite au marché, le prix du marché en latin médiéval), signifiait autrefois « le taux, la proportion », le « prix d’une marchandise » (XVIe siècle).

Selon le Alain Rey et Sophie Chantreau (Dictionnaire d’expressions et locutions), le terme a été employé dans les locutions au fuer de, « en proportion », à nul fuer, « à aucun prix », à fuer que, « à proportion », au feur que, « à mesure que », à fur, « à mesure, à proportion ».

L’usage seul du mot s’est perdu, sauf dans « au fur et à mesure » où il été associé au synonyme « mesure » (elle forme donc un pléonasme).

Il existait des variantes au XVIIIe siècle :

Vit-on jamais un témoin changer si souvent de langage ! & afin d’excuser ses variations, il dira froidement qu’à fur et à mesure qu’on lui explique les circonstances, il les dit telles qu’il s’en ressouvient. 

Requête présentée au roi et à nosseigneurs de son conseil…, 1774

 

Mais notre pêche étant instantanée, tandis que la consommation est journalière et continuelle dans nos îles, où les chaleurs excessives ne permettent pas d’y garder le poisson, il résulte delà qu’il ne peut y arriver qu’à fur et mesure qu’il se consomme.

1789

Le Dictionnaire d’expressions et locutions explique la formation de cette expression par sa symétrie et son l’allitération (en « ur »), procédé par ailleurs courant dans la rhétorique médiévale : sain et sauf, peu ou prou, bel et bien.

Voir ici : pourquoi dit-on « peu ou prou » ?

 

Exemple


Mais au fur et à mesure que les « camarades » avaient pris plus de place dans la vie de Mme Verdurin, les ennuyeux, les réprouvés, ce fut tout ce qui retenait les amis loin d’elle, ce qui les empêchait quelquefois d’être libres, ce fut la mère de l’un, la profession de l’autre, la maison de campagne ou la mauvaise santé d’un troisième.

Proust, À la recherche du temps perdu

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *