Échec et mat : d’où vient cette expression ?

La formule « échec et mat », qui permet de conclure une partie de jeu d’échec, lorsque le roi d’un des joueurs est attaqué et qu’il ne peut plus se déplacer sans être attaqué par l’une des pièces adverses. Il est paralysé.

 

L’origine de l’expression « échec et mat »


« Échec et mat » est probablement d’origine iranienne. Le terme viendrait du farsi ancien (persan) « shâh mât » (شاه مات), qui signifie que le roi (shâh, شاه) est « paralysé » (mât, مات), « cassé », « oppressé », vieille forme d’un terme qui existe toujours en farsi moderne, et qui renvoie à l’idée d’être « stupéfié », « scotché », « étonné » (matam bord peut vouloir dire « je suis stupéfait », « je suis surpris » en regardant quelque chose). Ce terme existe toujours au sens de « cassé » dans d’autres langues iraniennes, en pashtou par exemple. En langue ormuri, mazm- signifie « casser », et en saka, langue du royaume de Khotan, aujourd’hui éteinte, mâsta signifiait « oppression, oppressé ».

C’est pourquoi il est improbable que le « mât » soit une forme conjuguée du verbe arabe « mourir » (moüt, موت). En outre, le roi ne meurt pas aux échecs, et il est avéré que ce jeu existait au moins au VIe ap. J.-C. siècle en Perse, avant l’invasion arabe. Il serait venu de l’Inde, en partie d’un jeu se jouant à quatre, le chaturanga (du sanskrit catur-aṅga-, « qui a quatre rangs, membres). Ce terme a donné le nom farsi du jeu des échecs, shatrang puis, aujourd’hui, shatranj (شطرنج).  Enfin, mat n’est pas associé en farsi à l’idée de mourir. 

 

Voir ici : cinquième colonne, quelle est l’origine de l’expression ? 

 

La formule shâh mât a donné l’arabe ash-shâmât (الشّاهُ ماتَ), qui s’est ensuite diffusée en Europe et a donné, en plus d’échec et mat, le checkmate anglais, le Schachmatt allemand, le scacco matto italien ou le jaque mate espagnol. La forme particulière « échec » en français est peut-être due à un croisement du mot farsi avec l’ancien français eschec, « butin », « prise de guerre », et aurait par ailleurs donné le sens moderne d’échec, « insuccès ».

Le farsi shatranj (شطرنج), par l’intermédiaire de l’arabe shatranju (شطرنج), a directement donné l’espagnol ajedrez, et le portugais xadrez.

Le farsi d’aujourd’hui ne dit pas shâh mât aujourd’hui, mais kish o mât, kish étant un son qui sert à éloigner quelqu’un ou un animal (kish kardan)

 

À lire

Kinga Maciuszak, Persian Checkmate – « The King is Oppressed » On the Origin of the Chessmen’s Names, Studia Etymologica Cracoviensia, vol. 8 Kraków 2003 

Moghadam, M. E. “A Note on the Etymology of the Word Checkmate.” Journal of the American Oriental Society, vol. 58, no. 4, 1938, pp. 662–664

Encyclopedia Iranica, Chess

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *