Battre la chamade : définition & origine [expression]

Battre la chamade signifie : le plus souvent à propos du cœur, battre très vite sous le coup d’une émotion.

 

Battre à la chamade : origine de l’expression


La chamade était à l’origine un terme de guerre. C’était une batterie de tambour ou une sonnerie à la trompette qui servait à l’un des belligérants de signaler à l’ennemi qu’il avait une proposition à faire, ou aux assiégés de demander aux assiégeants de parlementer ou d’indiquer que l’on veut capituler.

Ayant donc résolu de se rendre, on fera battre la chamade, & le tambour demandera tréve pour pouvoir parlementer : pendant ces tréves personne ne doit tirer ny d’un costé ny d’autre, ny moins travailler.

Antoine de Ville, De la Charge des gouverneurs des places, 1639

La chamade est un terme emprunté à l’italien du nord ciamada, participe passé féminin de ciamà, « appeler », (chiamare en italien moderne issu du toscan), du latin clamare (crier).

 

Voir ici : pourquoi dit-on « d’un iota » ?

 

Exemples


L’expression ne s’est pas appliquée qu’au cœur :

Quant à lui, il n’avait jamais vu le blocus si complet ; il entendait son estomac battre la chamade, et il trouvait très déplacé que le mauvais destin prit sa philosophie par la famine.

Hugo, Notre-Dame de Paris

Huysmans parle aussi de son esprit qui bat à la chamade.

 

Avec ses 80 mètres de hauteur, cette rampe, si on la posait au bord de la Seine, permettrait de grimper quelque part entre le premier et le deuxième étage de la tour Eiffel. La promesse d’un bel effort, pour qui s’aventure à l’emprunter… C’est d’autant plus vrai à près de 2 000 mètres d’altitude, où il est construit : l’oxygène commence déjà à se raréfier, faisant battre la chamade aux coeurs fragiles, plombant cuisses et mollets.

Lemonde.fr

 

Françoise Sagan, pour beaucoup, c’était la vie. La vie à cent à l’heure, la passion des voitures de sport et du jeu, la carrière fulgurante, une apparente désinvolture, les boîtes, l’alcool, les amours, les dettes… et une oeuvre. Des romans et des pièces dans lesquels aussi la vie est en relief : le cœur bat la chamade, les amours font des bleus à l’âme, les lits sont défaits, les femmes fardées et les faux-fuyants assumés.

Franceinter.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *