664 Vues
Enregistrer

« Ce fut un plaisir » ou « ce fût un plaisir » ?

Publié le 05/10/2022 (m.à.j* le 14/01/2024)
0 commentaire

« Ce fut un plaisir » correspond passé simple de l’indicatif, tandis que « ce fût un plaisir » correspond au subjonctif. Lorsque l’on veut dire à quelqu’un qu’un moment partagé fut plaisant, on écrit « ce fut un plaisir », sans accent circonflexe. La presque homographie de ces conjugaisons du verbe « être » (le fait qu’elles s’écrivent presque de la même manière) prête bien sûr à confusion, d’autant qu’à la 3e personne du singulier de l’imparfait de l’indicatif cette fois, ce verbe devient « était ».

Ce fut un plaisir

ce passé simple permet de donner une vision générale d’un fait. C’est la forme employée dans l’écrasante majorité des cas. Astuce : pour être certain de devoir mettre « ce fut », on peut essayer de le remplacer par « c’était ». Si la phrase reste correcte, alors l’indicatif s’impose. Exemples :

  • Ce fut un plaisir de vous rencontrer après toutes ces semaines de travail à distance.
    • C’était un plaisir de vous rencontrer…
  • Je l’ai vu hier soir pour boire une verre, et je dois dire que ce fut un plaisir.
    • et je dois dire que c’était un plaisir.

Ce fût un plaisir

le subjonctif imparfait est un temps dont l’emploi est devenu très rare dans le français d’aujourd’hui. Il s’emploie en général lorsque le temps de la principale est au conditionnel ou au passé, lorsque l’action de la subordonnée est simultanée ou postérieure. Certaines locutions appellent en outre souvent  ou systématiquement le subjonctif (comme « bien que » ou « à condition que »). On aura presque jamais à employer ce temps. Exemples :

  • Je voudrais que ce fût un plaisir de les rencontrer.
  • Je souhaitais que ce fût un plaisir.
  • J’acceptais de venir avec vous au cinéma à condition que ce fût un plaisir que je vienne.
  • Nous allions en boîte chaque soir entre amis, si tant est que ce fût encore un plaisir à nos âges.