94 Vues
Enregistrer

« Mille » ou « milles » : faut-il accorder ?

Publié le 22/02/2020
2 commentaires

« Mille » ou « milles » ? Mille est invariable.  Cet adjectif numéral cardinal (cela signifie qu’il exprime un nombre), tiré du latin milia, pluriel de mille, est invariable. Les seuls adjectifs numéraux cardinaux qui varient sont « un », « vingt » (à lire en cliquant ici : quand faut-il écrire « vingt » ou « vingts » ?) et « cent ». Exemples : 

  • Le concert avait rassemblé plus de dix mille personnes dans la grande salle de concert de la ville.
  • Ce qui faisait la magie de ce roman, c’était les mille petits détails qui constituaient la trame du monde qu’il créait. 
  • Partir en voyage avec mes parents s’accompagnait toujours d’un flot de mille soucis et de mille inquiétudes, qui ne s’évanouissaient qu’à l’apparition de l’océan. 
  • Pour impressionner son monde, ce faraud dépensait des mille et des cents dans tous les fêtes qu’il survolait dans la capitale, tout en vivant dans un dénuement spartiate en rentrant chez lui au petit mâtin.
  • Mille mercis mon bon seigneur pour votre immense générosité.
  • L’écrivain français du XIXe siècle Jules Verne a écrit un livre de science-fiction a grand succès : Vingt mille lieues sous les mers.

En revanche, l‘unité de mesure (en navigation) prend en revanche la marque du pluriel (par exemple : trois milles marin) En effet, c’est un nom commun qui prend la marque du pluriel, ce qui n’est pas le cas de l’adjectif numéral (on ne dit pas « j’ai un mille de livre »). « Millier », qui est un nom commun ordinaire, prend aussi la marque du pluriel : on écrit ainsi « des milliers de pages« . 

Il avait trouvé sur internet des milliers et des milliers de documents qui pouvaient nourrir sa thèse en histoire.

Le terme vieilli milliasse signifie « un très grand nombre » ou « beaucoup d’argent ». 

La religion, dites-vous, a produit des milliasses de forfaits ; dites la superstition, qui règne sur notre triste globe… (Voltaire, Dictionnaire philosophique)