On écrit au pluriel : des points de vue. Dans cette expression, le mot « vue » doit toujours être écrit singulier. En effet, « de vue » vient seulement préciser de quel type de point il s’agit. C’est un point de quoi ? « De vue », qui a le rôle d’un complément. Il s’agit ici de l’endroit où il faut se placer pour voir quelque chose ou envisager un problème, pas de la vue en elle-même. Il n’y a pas plusieurs « vues ». Lorsqu’un nom composé comporte une préposition (dans cas, la préposition est « de »), seul le nom « noyau » (celui qui est complété par l’autre) prend la marque du pluriel. Le cas est le même pour des chefs-d’œuvre, des pommes de terre, des arcs-en-ciel, des nids-de-poule, etc. Il y a cependant certaines exceptions (des pot-au-feu, des tête-à-tête, etc.). « Points de vues » a pu être employé ça et là, mais il est fautif. Il semble d’ailleurs ignoré par l’usage de l’écrasante majorité des locuteurs (Google N-gram).

À lire ici : « voire » et « voire », quelle différence ?

 

Exemples avec « points de vue »

  • Ces collines offrent de magnifiques points de vue sur les vallées alentours.
  • J’ai toujours besoin des lumières de plusieurs points de vue avant de pouvoir me décider.
  • Accoutumée aux grâces savantes de ces points de vue, Renée, reprise par ces lassitudes, avait baissé complètement les paupières […] (Zola, La Curée)
  • La maison était petite, basse, de style italien, au bord de la route qui monte en zigzag à travers les arbres, montrant à chaque détour d’admirables points de vue. (Maupassant, Bel-Ami)
  • C’est lorsque nous ne sommes pas d’accord que les choses deviennent intéressantes. Mais avant de se rapprocher, il faut prendre conscience que l’on est éloigné. Le temps de la palabre est indispensable pour que les points de vue s’écoutent, s’échangent, s’enrichissent. (Lesechos.fr)