171 Vues
Enregistrer

Dieu : faut-il une majuscule ? (orthographe) ✍️

Publié le 03/10/2022
0 commentaire

La réponse

Dieu prend une majuscule ou une minuscule selon le contexte. Dieu prend en général une majuscule lorsque l’on se place dans un cadre où il est un dieu unique, ou que l’on en parle comme le dieu unique d’une religion, sans forcément être croyant soi-même. Dans cette perspective, « Dieu » est un nom propre. Exemples :

  • Les chrétiens pensent que Dieu est unique, mais qu’il se manifeste en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
  • Il vaut mieux s’adresser au bon Dieu qu’à ses saints !
  • La voix du peuple est la voix de Dieu.

Il prend aussi une majuscule lorsque ce nom sert à désigner une personne ou un élément qui est au-dessus des autres (comme s’il était le Dieu unique) :

  • Dans cette entreprise, Marlène, c’est Dieu. Tu obéis à chacun de ses ordres.
  • L’argent, l’argent roi, l’argent Dieu, au-dessus du sang, au-dessus des larmes, adoré plus haut que les vains scrupules humains […] (Zola, L’Argent)

De même, la majuscule s’impose dans les devises :

  • Dieu et mon Droit.
  • Dieu le veut !

« Dieu » prend en général une minuscule dans le contexte de l’existence de plusieurs « dieux », ou lorsque dieu est utilisé par métaphore pour désigner une personne qui possède des facultés qui semblent « surnaturelles ».

  • Les dieux de l’Olympe ne sont pas toujours tendres avec les Grecs.
  • Tous les supporters vénéraient ce joueur comme un dieu du stade, et exultaient à chacun de ses buts.
  • L’Empereur du Japon, qui descend, selon la légende, de la déesse Amaterasu, est parfois considéré comme un dieu-vivant.
  • Dans la mythologie égyptienne, le dieu Osiris incarne la vie.

De même, on peut employer la minuscule dans les locutions du type « dieu des chrétiens », « dieu des juifs », « dieu des musulmans », « dieu des Déistes », etc., parce que l’on en parle comme d’une croyance particulière, en sous-entendant soit qu’il y a d’autres dieux, soit que les autres religions ont des conceptions de dieu si différentes qu’on ne peut pas confondre les divinités.

Selon cette logique, le juron « grand Dieu » prend une majuscule au singulier, et une minuscule au pluriel (« grands dieux ! »). En général, on met une majuscule à l’interjection « [Ô] mon Dieu ! », parce que l’on fait référence au dieu des chrétiens, mais cela n’est pas obligatoire (on peut très bien considérer que c’est « mon dieu » parmi d’autres). Le cas est le même pour toutes les interjections du même genre (« Dieu merci », « [Au] nom de Dieu, etc.) On peut utiliser la majuscule ou la minuscule dans le proverbe « il y a un dieu pour les ivrognes ».