On peut écrire : elle s’est fait ou elle s’est faite. L’accord dépend du contexte grammatical.

1. Devant un infinitif, le participe passé du verbe « faire » est toujours invariable. Exemples :

  • Elle est rentrée en pleurs et m’a raconté qu’elle s’était fait avoir par un bijoutier qui lui avait vendu une bague bien trop cher.
  • Après une courte carrière dans le cinéma, elle s’est fait connaître par plusieurs chansons à succès.
  • Malgré sa très bonne constitution naturelle, elle s’est fait refaire les dents.

Dans les deux premières phrases, le participe passé « fait » reste invariable malgré l’emploi de l’auxiliaire « être ». Cela s’explique par le fait que le complément d’objet direct (COD) « s’ » soit celui de l’infinitif qui suit.

  • Elle s’est fait avoir [elle] (COD) par un bijoutier.
  • Elle s’est fait connaître [elle] (COD) par plusieurs chansons à succès.

Dans la troisième phrase, « s’ » est complément d’objet second (COS).

  • elle a fait refaire les dents (COD) à elle (COS).

2. Devant un nom, les cas varient. Il faut réfléchir au sens de la phrase.

  • Elle s’est fait mal reste invariable car « s’ » est un complément d’objet indirect (COI). Elle a fait mal à elle-même.
  • Elle s’est faite belle varie : « s’ » est un COD. Elle a fait elle-même belle.
  • Elle s’est fait fort  : invariable suivi d’un infinitif, au sens de « se dire capable de » (« se faire fort » est une locution verbale invariable). En revanche, on fait varier au sens de « tirer sa force de » : « elle s’est faite forte de l’amour de ses proches ».
  • Elle s’est fait une nouvelle robe : « s’ » est un COI. Le COD est « une nouvelle robe ». Elle a fait pour elle-même une nouvelle robe.
  • Elle s’est fait de nouveaux amis : « s’ » est un COI. Le COD est « de nouveaux amis ». Elle a fait de nouveaux amis à elle-même.

À lire en cliquant ici : comment accorder le participe passé avec le verbe avoir ?

Partager