« Dysfonctionnement » ou « disfonctionnement » : orthographe

On écrit : dysfonctionnement.

La confusion entre le préfixe grec dus (δυσ), relatif à une anomalie, au mauvais fonctionnement, au malheur, et le préfixe latin dis, relatif à une division, une séparation, ou à une négation, peut expliquer pourquoi certains écrivent « disfonctionnement ». Cette dernière forme n’est pas pour autant une faute. Ce mot pourrait signifier « absence totale de fonctionnement ». Cette forme est en outre est plus rationnelle que « dysfonctionnement » car elle associe deux formes latines (fonctionnement vient de fonction, qui est dérivé du latin functio, « accomplissement, exécution »). 

Un « dysfonctionnement » est une anomalie de fonctionnement (d’un organe, d’une structure administrative, sociale, etc.). On retrouve ce même préfixe dans dysharmonie, dyslexie, dysphorie, etc. 

Le terme, récent, est par exemple absent du Littré. Il peut être repéré au XIXe siècle, mais il devient courant à partir des années 1920 (cf. google ngram). Il est employé par le vocabulaire de la médecine (comme dans ce manuel des années 1920). 

À lire ici : écrit-on « syphon » ou « siphon » ?

 

Exemples avec dysfonctionnement


En cas de dysfonctionnement des organes vitaux, une opération chirurgicale peut être nécessaire.

Le dysfonctionnement des institutions politiques d’un pays empêche souvent les réformes.

Les cardiologues concluent donc à un dysfonctionnement de la sonde du pacemaker, qui détectait de façon aberrante une fréquence cardiaque spontanée trop élevée.

Lemonde.fr

 

Sa réouverture était prévue ce lundi 6 janvier. « Le Reflet, ainsi que tous ses services, ont bien rouvert », confirme le service communication de Saint-Berthevin. Les expertises devraient déterminer les responsabilités de ce « dysfonctionnement inacceptable », faisait savoir le maire Yannick Borde, dans son communiqué du 2 janvier.

Ouest-france.fr

 

Alors que les ressources manquent pour financer les retraites, pourquoi refuser de recourir aux marchés financiers pour alléger et améliorer collectivement l’équation financière de celles-ci. Ce refus est au coeur du dysfonctionnement français et, en le faisant perdurer, il est certain que, loin d’avoir un système universel et juste, nous maintiendrons et amplifierons un régime à deux vitesses.

Lesechos.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Dominique dit :

    Et bien merci Adrien pour cette explication : j’aurais écrit ce mot des 2 façons sans faire de différence. Et pour le coup, j’ai modifié mon courrier en « dys »! 🙂

  2. Elfe Noir dit :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord

    S’il est vrai qu’il y a une faute courante qui consiste à écrire disfonctionnement à la place de dysfonctionnement ( = mauvais fonctionnement), ça ne prouve pas que le premier mot n’existe pas, il est retenu par certains dictionnaires (pas tous, c’est vrai) ; simplement il n’a pas le même sens, le préfixe latin DIS indiquant la négation, et « disfonctionnement » indique une absence totale de fonctionnement.

    Le mot « disfonctionnement » – dont les deux parties viennent du latin – est d’ailleurs beaucoup plus logique que « dysfonctionnement » qui associe un préfixe grec ) à un mot latin … donc un dysfonctionnement de notre langue !

    • Adrian dit :

      Merci pour votre commentaire.
      J’ai remanié l’article.
      Vous avez raison, l’association du préfixe grec « dys » au « fonctionnement » latin ne semble pas très logique de prime abord…mais l’usage fait ici loi !
      Et je doute du succès futur de la distinction entre « dysfonctionnement » et « disfonctionnement ». Cela prête un peu trop à confusion !

  3. Arezki BEWDIA dit :

    Personnellement, je serais tenté de me hasarder à « inventer » un semblant de règle pour « départager » les deux écritures de ce mot, de manière à ce qu’aucune des deux ne soit forcément incorrecte. De prime abord, notons ensemble que, de toute façon, s’il n’y a pas fonctionnement c’est qu’il y a anomalie. La nuance serait de savoir si ladite anomalie existe depuis l’existence de ce qui ne fonctionne pas présentement (à la naissance ou à la fabrication), ou si elle est survenue après un certain temps de fonctionnement normal. Vous l’aurez compris, « dysfonctionnement » pour le premier cas et « disfonctionnement » pour le second… Et v’là le travail !

  4. Alain G dit :

    Disons ( ne pas écrire Dyson 😉 ) que, d’après vos explications, il semblerait que le disfonctionnement soit un dysfonctionnement généralisé… 😉

  5. LeRadar dit :

    La langue française, la langue la plus compliquée et la plus complexe. Jusqu’ici je n’ai pas encore compris comment on fait pour lire -NEUF- de deux façons différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.