On écrit : dysfonctionnement. La confusion entre le préfixe grec dus (δυσ), relatif à une anomalie, au mauvais fonctionnement, au malheur, et le préfixe latin dis, relatif à une division, une séparation, ou à une négation, peut expliquer pourquoi certains écrivent « disfonctionnement ». Cette dernière forme n’est pas pour autant une faute. Ce mot pourrait signifier « absence totale de fonctionnement ». Cette forme est en outre est plus rationnelle que « dysfonctionnement » car elle associe deux formes latines (fonctionnement vient de fonction, qui est dérivé du latin functio, « accomplissement, exécution »). 

Un « dysfonctionnement » est une anomalie de fonctionnement (d’un organe, d’une structure administrative, sociale, etc.). On retrouve ce même préfixe dans dysharmonie, dyslexie, dysphorie, etc. 

Le terme, récent, est par exemple absent du Littré. Il peut être repéré au XIXe siècle, mais il devient courant à partir des années 1920 (cf. google ngram). Il est employé par le vocabulaire de la médecine (comme dans ce manuel des années 1920). 

À lire ici : écrit-on « syphon » ou « siphon » ?

 

Exemples avec dysfonctionnement


En cas de dysfonctionnement des organes vitaux, une opération chirurgicale peut être nécessaire.

Le dysfonctionnement des institutions politiques d’un pays empêche souvent les réformes.

Les cardiologues concluent donc à un dysfonctionnement de la sonde du pacemaker, qui détectait de façon aberrante une fréquence cardiaque spontanée trop élevée.

Lemonde.fr

Sa réouverture était prévue ce lundi 6 janvier. « Le Reflet, ainsi que tous ses services, ont bien rouvert », confirme le service communication de Saint-Berthevin. Les expertises devraient déterminer les responsabilités de ce « dysfonctionnement inacceptable », faisait savoir le maire Yannick Borde, dans son communiqué du 2 janvier.

Ouest-france.fr

Alors que les ressources manquent pour financer les retraites, pourquoi refuser de recourir aux marchés financiers pour alléger et améliorer collectivement l’équation financière de celles-ci. Ce refus est au coeur du dysfonctionnement français et, en le faisant perdurer, il est certain que, loin d’avoir un système universel et juste, nous maintiendrons et amplifierons un régime à deux vitesses.

Lesechos.fr