41 faux anglicismes : liste de mots que l’on croit anglais

Cette liste rassemble de faux anglicismes, que l’on entend ici comme des mots français que l’on croit être des emprunts directs à l’anglais, mais qui n’existent pas en anglais sous la même forme ou avec le même sens. La liste ne comprend pas les dérivés trop évidents (comme basketteur).

Merci aux personnes qui ont aidé l’auteur sur instagram

 

1. Autocar : coach


L’autocar, formation hybride de « auto- » de « automobile » et de l’anglais car, « voiture », au sens de bus de voyage, existe en anglais, mais il est archaïque.

L’anglais dit coach.

 

2. Baby-foot : table football (uk) / table soccer ou foosball (us)


Le baby-foot, le célèbre jeu de cafés, de l’anglais baby, « bébé », et foot, abréviation de « football », se dit en anglais britannique table football (uk), table soccer ou foosball aux États-Unis.

 

3. Baskets : sneakers


Les baskets, les chaussures de sport qui font aujourd’hui office de chaussures de ville, désignaient après-guerre les chaussures de cuir montantes faites pour jouer au basketball (selon le dictionnaire de l’Académie ou le Dictionnaire historique).

L’anglais américain dit surtout sneakers, de sneak, « se faufiler » (comme un serpent), peut-être parce que marcher avec ces chaussures ne faisait pas de bruit. L’anglais britannique peut dire trainer, ou training shoes.

 

4. Book : portfolio


« Portfolio » est aussi employé en anglais.

 

5. Brushing : blow-dry


Brushing, de l’anglais brush, « brosser », est selon le Dictionnaire historique de la langue française un anglicisme, mais le terme ne se retrouve pas dans les principaux dictionnaires d’anglais (Oxford, Cambridge ou Merriam-Webster).

L’anglais dit blow-dry.

 

6. Caddie : trolley (uk) / shopping cart (us)


Caddie désigne surtout en anglais la personne qui accompagne un joueur de golf et porte son équipement. Ce terme est lui-même emprunté au français « cadet ».

En réalité, le caddie français est une antonomase : le nom d’une marque alsacienne, Caddie, qui produit des chariots de supermarché, est devenu un nom commun.

L’anglais américain dit plutôt shopping cart, l’anglais britannique trolley.

 

7. Camping : campsite (uk) / campground (us)


L’activité se nomme aussi en anglais camping, de camp, « camper », mais le lieu où se déroule l’activité a des noms différents : campsite ou camping site en anglais britannique, campground, camping ground en anglais britannique.

 

8. Camping-car : camper-van


Le terme camping-car est réservé en anglais aux voitures aménagées pour y loger pendant des voyages (cas rare). L’anglais britannique peut dire camper-van ou camping-van, l’anglais américain camper, camper-caravan, ou recreational vehicle (RV). Le motor home semble être surtout réservé aux plus gros véhicules.

 

9. Catch : professional wrestling


Selon le Dictionnaire historique de la langue française, catch viendrait d’une forme particulière de lutte dans laquelle tous les coups sont permis, catch-as-catch-can, réduit en français à « catch ».

Le catch désigne surtout les spectacles scénarisés de lutte qui mettent en scène des acteurs effectuant des mouvements impressionnants. Ce sport est nommé professional wrestling en anglais, de wrestling, « lutte ».

 

10. Cash


Plusieurs locutions verbales présentes en français avec cash, « argent liquide », ne semblent pas exister en anglais, comme « payer cash » au sens de subir les conséquences franchement ou immédiatement, et « parler cash », au sens de parler franchement.

Pour une analyse, voir cet article de Valérie Saugera.

 

11. Collector


Le collector en anglais correspond à « collectionneur ».

Le produit de consommation vendu en édition limitée, ou devenu rare sur le marché, pourrait être nommé collector’s item en anglais, ou collector’s edition (dans l’industrie du jeu vidéo notamment).

 

12. Clip : music video


Le clip, du verbe anglais clip, « couper » (avec une paire de ciseaux), « rogner », a pu servir dans des locutions pour désigner les vidéos illustrant des musiques (song clip, promotional clip), mais music video domine aujourd’hui en anglais.

Ainsi, un Grammy Award est intitulé Grammy Award for Best Music Video.

 

13. Dressing : wardrobe (uk) / closet (us)


Dressing, synonyme de penderie, de l’anglais dress, « s’habiller », renvoie en anglais à sauce salade.

L’anglais britannique dit plutôt wardrobe, l’anglais américain closet.

 

14. Footing : jogging


Footing, de l’anglais foot, « pied », renvoie pour les anglophones au fait de tenir en équilibre sur une surface instable.

Le fait de courir à faible allure pour s’exercer est nommé jogging (de jog, « trottiner ») employé lui aussi en français.

Le pantalon est nommé tracksuit.

 

15. Faire du forcing


Forcing, de l’anglais force, « forcer », n’existe qu’en français comme nom désignant le fait d’insister, de mettre la pression.

L’anglais peut dire to put the pressure onto pile on the pressure, etc.

 

16. Klaxon : horn


Le nom français de l’avertisseur sonore des voitures, le klaxon, est une antonomase tirée du nom de la firme américaine qui les produisait au début du XXe siècle. Le concepteur des klaxon aurait choisi le nom de son entreprise d’après le grec klazo, cri de l’oiseau, de l’homme, aboiement du chien.

L’anglais dit horn (cor). Klaxonner se dit hoot en anglais britannique, honk en anglais américain.

 

17. Lifting : face-lift


Lifting, de l’anglais lift, « soulever », « relever », « remonter », renvoie en anglais au fait de soulever un poids, de supprimer une restriction, de lever un embargo, etc.

L’opération de chirurgie esthétique se dit en anglais face-lift (ou face-lifting).

 

18. Parking : car park (uk) / parking lot (us)


Le parking, soit le parc de stationnement, de l’anglais park (action de garer sa voiture), devient en anglais britannique car park, et en anglais américain parking lot.

Parking en anglais désigne le fait de garer son véhicule, pas le parc de stationnement en lui-même.

 

19. Open space : open plan


L’open space, de l’anglais open, « ouvert », et space, « espace », se dit en anglais open plan (office).

 

20. People : stars, celebrities


People en anglais signifie « peuple », « gens », etc.

People au sens de célébrités se dit en anglais stars ou celebrities.

 

21. Perchman : boom operator


Formé de perch (perche), et man, « homme », le faux anglicisme « perchman » probablement sur le modèle de cameraman.

L’anglais dit boom operator, boom étant la perche à laquelle le micro est accroché.

 

22. Pin’s : lapel pin / enamel pin


Ce que le français nomme pin’s, formé de l’anglais pin (« broche », « épingle ») et d’un « ‘s » marquant l’origine anglaise, correspond à l’anglais lapel pin ou enamel pin.

 

23. Pompom girl : cheerleader


L’anglais pompom est équivalent du français « pompon », mais le groupe de jeunes femmes agitant ces pompons en dansant pour encourager une équipe sportive est composé aux États-Unis de cheerleaders (de cheer, « encourager », « acclamer », et leader, au sens de « meneuse »).

Le français canadien dit « meneuse de claque ».

 

24. Pressing : dry cleaner’s


Les établissements où l’on lave les vêtements et où les repasse à la vapeur, les pressing en France (de l’anglais press, exercer une pression, peut-être pour signifier la modernité du procédé ou tiré d’une façon rare de dire « repassage » en anglais), se nomment dry cleaner’s en anglais.

En revanche, l’usage du mot pressing dans le sport, c’est-à-dire l’action de faire pression sur l’adversaire, pour récupérer la balle par exemple, est le même dans les deux langues.

Pressing en anglais signifie « pressant, urgent », ou exercer une pression.

 

25. Pure player : pure play


Cette locution récente, qui désigne les entreprises ou journaux qui ne sont actifs que sur internet, est une déformation de l’anglais pure play (que l’on pourrait traduire par « ne jouant que sur un tableau »).

 

26. Puzzle : jigsaw puzzle (uk)


Puzzle (de puzzle, « déchiffrer », « résoudre ») peut désigner en anglais tous les casse-têtes.

En anglais britannique, jigsaw ou jigsaw puzzle désigne plus spécifiquement le jeu qui consiste à reconstituer des images à l’aide de petites pièces découpées.

 

27. Recordman / recordwoman : record holder


 

 

28. Relooking : makeover


Relooking est une formation hybride composée du préfixe re-, et de looking, tiré de look, « apparence physique de quelqu’un », « allure », « style » (qui a donné un temps « se looker »).

L’anglais dit makeover, et peut s’appliquer au style vestimentaire, à un lieu, etc.

 

29. Roots


Ce faux anglicisme récent (de roots, « racines », peut-être tiré d’un sous-genre du reggae) désigne des personnes qui s’inscrivent dans des cultures alternatives héritées du mouvement hippie, ou alors des « punks à chien ». Cependant, ce terme n’est pas employé en anglais.

 

30. Self (restaurant) : self-service restaurant


Self, de l’anglais self-service restaurant (restaurant en libre service), ne s’emploie pas seul en anglais, au sens de « je vais manger au self ». L’anglais dit canteen, cafeteria, etc.

 

31. Shampooing : shampoo


Le participe présent de l’anglais shampoo (verbe et nom), probablement d’origine hindi, a donné le nom français « shampooing ».

 

32. Slip (sous-vêtement) : briefs


Slip, du verbe anglais slip (« glisser », parce que ce sous-vêtement était facile à mettre [voir cnrtl ] et entré en français par bathing slip) qui désigne la culotte masculine, a pour principal équivalent en anglais briefs. Il existe des synonymes, comme y-front (au Royaume-Uni). Underpants ou pants désignent tous les sous-vêtements masculins. Maillot de bain se dit swimming trunk ou swimming brief.

Les culottes pour femme peuvent être nommées panties, pants, knickers ou undies.

 

33. Smoking : dinner-jacket (uk) / tuxedo (us)


De smoking jacket, veste pour fumer (de smoke, fumer), en réalité veste de soirée pour les réceptions. L’anglais britannique dit plutôt dinner-jacket, l’anglais américain tuxedo. 

Smoking en anglais est l’action de fumer, une cigarette ou autre.

Le costume se dit business suit.

 

34. Travailler au black


Travailler au noir devient souvent dans le langage informel « travailler au black », voire « être au black ». C’est peut-être une façon euphémique de s’exprimer. Ce n’est pas vraiment un faux anglicisme mais une substitution amusante.

Travailler au noir se dit en anglais moonlight.

 

35. Talkie-walkie : Walkie-talkie


Le français a tout simplement inversé les deux composés, dérivés de talk (parler) et walk (marcher).

 

36. Tennisman – tenniswoman / rugbyman : tennis / rugby player


Formés à partir de l’anglais man, « homme ».

 

37. Top !


Cette alternative à « c’est génial », déjà un peu vieillie en français, n’est pas employée telle quelle en anglais. Il n’y a pas de « that’s top ! ». L’anglais dit plutôt « that’s great », « that’s amazing », « wonderful », « outstanding », etc.

 

38. Travelling : tracking shot / dolly shot / trucking shot


Le travelling, de l’anglais travel (« bouger », « voyager ») a donné le français « travelling », mais n’est pas du tout dans l’usage en anglais.

 

39. Trench : trench-coat


Le français a réduit par apocope l’anglais trench-coat, le manteau des tranchées (trench) portés par des officiers britanniques au cours de la Première Guerre mondiale.

Le terme anglais est lui-même issu de l’ancien français trencher, trenchier (Dictionnaire historique).

 

40. Les Warning : hazard lights, flashers


Warning est, synonyme courant de « feux de détresse » en français, est tiré de l’anglais warning lights.

L’anglais préfère cependant hazard lights (hazard : « danger », « risque », « dysfonctionnement »). L’anglais américain peut dire flashers (au singulier, veut aussi dire exhibitionniste).

 

41. Zapper


Zapper, dérivé de forme française de l’anglais zap (« détruire instantanément », et, par extension, « faire quelque chose rapidement », « changer de chaîne rapidement ») a donné zapping, qui existe aussi en anglais, bien que les synonymes channel surfing et channel hopping semblent dominer.

En revanche, il ne semble pas que « zapper « au sens d' »oublier quelque chose » soit employé en anglais (au moins américain).

 

À lire

Les dictionnaires anglais usuels (Cambridge, Collins, Merriam Webster, Oxford learner’s dictionary), le TLFi et le Dictionnaire historique de la langue française.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *