Sinécure : définition simple & exemples

Nom féminin. « Sinécure » signifie :

  1. Charge, fonction ou emploi qui exige peu de travail.
  2. Emploi dans lequel on est payé à ne rien faire.
  3. Situation de repos.

Une expression consacrée dit  « ce n’est pas une sinécure ». Elle signifie « ce n’est pas une tâche de tout repos, ce n’est pas facile » .

 

À lire ici : que signifie « nonobstant » ?

 

Synonymes


Canonicat (vieilli), planque.

 

Exemples avec sinécure


Ce gardien du cimetière est donc le concierge arrivé à l’état de fonctionnaire, non soluble par la dissolution. Sa place n’est d’ailleurs pas une sinécure : il ne laisse inhumer personne sans un permis, il doit compte de ses morts, il indique dans ce vaste champ les six pieds carrés où vous mettrez quelque jour tout ce que vous aimez, tout ce que vous haïssez, une maîtresse, un cousin.

Balzac, Ferragus

 

Arsène ne tarda pas à s’apercevoir que son poste de secrétaire ressemblait furieusement à une sinécure. En deux mois, il n’eut que quatre lettres insignifiantes à recopier et ne fut appelé qu’une fois dans le bureau de son patron, ce qui ne lui permit qu’une fois de contempler officiellement le coffre-fort.

Leblanc, Arsène Lupin, Gentleman-cambrioleur

 

À lire ici : des mots rares pour enrichir votre vocabulaire ! 

 

Étymologie de sinécure


Selon le Dictionnaire historique de la langue française et le TLFi, « sinécure » est emprunté à l’anglais sinecure, d’abord sine cura, « sans souci », qui aurait été employé dans l’expression beneficium sine cura, qui aurait désigné une charge ecclésiatistique sans travail, c’est-à-dire sans « charge d’âmes » (le latin médiéval curatus, qui a donné curé, désigne celui qui a la charge des âmes). La première occurrence de ce terme pourrait être repérée dans un livre de Georges-Louis Le Sage, Remarques sur l’Angleterre, faites par un voyageur, dans les années 1710 et 1711 :

Les Docteurs en Theologie & les Chapelains des Seigneurs peuvent posséder deux Benefices avec Cure d’ames outre les Canonicats, & les Benefices qu’ils appellent sine cura.

Son emploi se généralise au XIXe siècle (cf. Google ngram).

Les termes « sinécuriste » et « sinécurisme » sont sortis d’usage. 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *