« J’ai mis » ou « j’ai mit » ? orthographe et conjugaison

On écrit : « j‘ai mis ». Pour vous aider à mémoriser cette orthographe, pensez à la forme féminine du participe passé en « mise » (par exemple : « la robe que j’ai mise »), qui devient « mises » au féminin pluriel. Le participe passé du verbe « mettre » (un verbe du troisième groupe) se termine avec un « s ». Il est ici à la première personne du singulier du passé composé. Le fait que la conjugaison de « mettre » au présent de l’indicatif comporte des terminaisons en « t » (comme indiqué ci-dessous) est peut-être à l’origine de la tentation de nombre d’usagers d’écrire la forme fautive « j’ai mit » (le participe passé de mettre ne comporte jamais de « t »). En outre, la troisième personne du singulier du passé simple de « mettre » est  « il/elle mit ». 

Je mets
Tu mets
Il/elle met
Nous mettons
Vous mettez
Ils mettent

« J’ai mis » fait partie d’une série de verbes dont l’usage est très courant mais dont les formes conjuguées posent de nombreuses difficultés (« j’ai écrit » pour « écrire », « j’ai dit » pour « dire », etc.).

 

Exemples avec « j’ai mis »


Puisque j’ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;
Puisque j’ai dans tes mains posé mon front pâli ;
Puisque j’ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l’ombre enseveli ;

Hugo, Les Chants du crépuscule

 

C’est maintenant que je t’aime. Je croyais vous aimer, quand vous n’étiez qu’un fantôme chargé de mes désirs. Maintenant, tu es la chair où j’ai mis mon âme. C’est vrai, dites, c’est vrai que vous êtes à moi ?

France, Le Lys Rouge

 

Délégué du syndicat majoritaire Unsa, Victor se dit «prêt» à faire grève «deux mois, trois mois s’il le faut». Les conducteurs présents sur place, une dizaine, sont à l’unisson. «J’ai anticipé pour une grève longue, j’ai mis de l’argent de côté, j’ai gardé le treizième mois. Je suis déterminé», approuve Brouk.

Libération.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.