284 Vues
Enregistrer

« Bienvenu » et « bienvenue » : quelle différence ? orthographe

Publié le 22/12/2017
4 commentaires

Les formes « bienvenu », « bienvenue » et « bien venu » existent. Pour les distinguer, et choisir l’orthographe, il faut faire attention à la fonction du mot dans la phrase. Cet article vous présente des informations et exemples pour vous aider à distinguer ces mots. 

 

Bienvenue

bienvenue ou bienvenu orthographe

« Bienvenue »peut être…

  • 1. une interjection invariable qui est utilisée comme formule pour accueillir. On souhaite la « bienvenue » à quelqu’un. Exemples
    • Bienvenue Jean-Bernard ! 
    • Bienvenue dans notre nouveau magasin !
  • 2. un nom qui permet de désigner une arrivée propice, de parler de la coutume d’accueil (la bienvenue) ou simplement d’un accueil aimable. Exemples :
    • Les rites de bienvenue sont courants au sein des associations étudiantes. 
    • Il avait anticipé l’entretien, laissant le portail de son pavillon entrouvert, comme en signe de bienvenue, un geste à l’attention du visiteur inconnu, mais attendu. (Lavoixdunord.fr)
    • Aussi en ce qui concernait ma modeste thèse, Saint-Loup, absolument comme si elle eût toujours habité son cerveau et si je ne faisais que chasser sur ses terres, crut devoir me souhaiter la bienvenue avec chaleur et m’approuver. (Proust, À la recherche du temps perdu)

 

Bienvenu (sans « e »)

« Bienvenu » peut être…

  • 1. un adjectif qui s’accorde en genre et nombre. Il qualifie quelqu’un ou quelque chose arrivé à point nommé ou que l’on accueille avec plaisir. L’antonyme de cet adjectif est malvenuExemples :
    • L’entrée de ce joueur avait été plus que bienvenue tant son équipe était désarmée face à ses adversaires.
      • > L’entrée de ce joueur avait été plus que malvenue tant son équipe… 
    • Le commerçant pensait fermer sa boutique, mais des clients très bienvenus sont alors apparus.  
    • Le volontarisme politique de cette dirigeante avait été un temps bienvenu, mais l’enthousiasme est aujourd’hui retombé devant l’absence d’avancées concrètes.
  • 2. un nom qui permet de parler de la personne bienvenue, précédé de le/la/les. Exemples
    • Dans cette boîte de nuit, les célibataires sont les bienvenus
    • — « Tapez là dedans, monsieur, soyez le bienvenu ! » Elle écarta une portière derrière elle, et se mit à crier emphatiquement […] (Flaubert, L’Éducation sentimentale)
    • Est-ce à moi de mourir ? Tranquille je m’endors,
      Et tranquille je veille ; et ma veille aux remords
      Ni mon sommeil ne sont en proie.
      Ma bienvenue au jour me rit dans tous les yeux ; 
      Sur des fronts abattus, mon aspect dans ces lieux 
      Ranime presque de la joie. (Chénier, La Jeune Tarentine)
  • 3. il existe aussi une forme qui n’est guère plus usitée, comme participe passé du verbe « bienvenir ».
    • Le jeune Dumont, en costume de guerre et de chasse, beau, leste, adroit, éloquent, bienvenu du père, ami du frère, agréable aux jeunes filles par l’élégance de ses manières et de son esprit, devint le plus assidu commensal du château.  (LamartineLes Confidences, cité par le TLFi)

 

Bien venu

Dans les deux cas 1. et 2. de « bienvenu », on peut écrire « bienvenu » en deux mots : « bien venu ». Mais cette variante orthographique est vieillie, on ne l’emploie plus.