951 Vues
Enregistrer

« Je n’en n’ai pas » ou « je n’en ai pas » ?

Publié le 02/11/2022 (m.à.j* le 26/02/2024)
3 commentaires

On écrit : « je n’en ai pas ». On n’écrit jamais : « je n’en n’ai pas ». En effet, il n’y a pas de besoin de doubler l’adverbe « ne », qui permet de construire une négation simple avec l’adverbe « pas », placé quant à lui après le verbe. Bien que ce « n’ » soit placé avant le pronom « en », qui reprend un complément d’objet indirect, il s’applique au verbe « avoir » conjugué à la première personne du singulier du présent de l’indicatif « ai ». « Je n’en ai pas » est équivalent à « je n’ai pas de cela » (on l’on retrouve les adverbes « ne » et « pas » qui permettent de construire une négation simple).

La confusion vient du fait qu’à l’oral, on prononce « je n’en_ai pas ». La liaison est faite entre le « n » final de « en » et « a » de « ai », ce qui prête à confusion. La langue orale vient interférer ici avec l’écrit. Cette liaison permet d’éviter un hiatus, c’est-à-dire la rencontre à l’oral de deux voyelles. Pour dissiper tous les doutes, on peut noter que la liaison disparaît bien sûr avec un verbe qui ne commence pas par une voyelle : « je n’en pouvais plus », « je n’en veux pas », « je n’en mange pas », etc. Dans ces exemples, il n’y qu’un seul « n’ » de négation.

Exemples :

  • Des bougies ? Ah, ça, je n’en ai pas, il faudrait vous adresser aux quincailleries du quartier !
    • Les bougies ? Ah, ça, je ne les ai pas trouvées.
  • J’ai réussi aujourd’hui et ce qui est le plus terrible pour moi, c’est que je n’en ai pas l’habitude.
  • Je ne peux rien vous dire de ce livre, car je n’en ai pas lu une seule ligne.
  • Je n’ai pas faim pour l’instant.
  • « Je n’en ai pas retrouvé assez, des instincts qu’on m’a arrachés, pour en former un caractère » (Georges Darien)

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : quel est le pluriel de « centre d’intérêt » ?