567 Vues
Enregistrer

« Je devrai pouvoir » ou « je devrais pouvoir » ? (orthographe)

Publié le 18/10/2022 (m.à.j* le 20/03/2024)
0 commentaire

On écrit en général : « je devrais pouvoir ». En effet, l’usage du conditionnel présent du verbe « devoir » implique ici que l’action est possible, mais que sa réalisation comporte toujours une part d’incertitude. En écrivant « je devrais pouvoir [venir, t’aider, trouver, etc.] », on sous-entend que, bien que la réalisation de l’action soit probable, voire très probable, garder à l’esprit la possibilité de l’échec est raisonnable. L’usage du futur simple de l’indicatif « je devrai pouvoir » a moins de sens, puisque celui-ci exprime une action dont la réalisation à venir est certaine. Si l’on est certain de « pouvoir » faire quelque chose à l’avenir », il vaut mieux écrire « je pourrai [venir, t’aider, trouver, etc.] ». Toutefois, avec une subordonnée de condition au présent de l’indicatif, la proposition principale devrait comporter « je devrai pouvoir » au futur simple. En effet, la réalisation de l’action est certaine si la condition exprimée par la subordonnée se réalise.

Sur Google et sur Gallica, l’usage du conditionnel présent est bien plus courant que celui du futur simple (91000 résultats contre 6000 environ sur Google). Cette tournure, assez rare dans la langue ancienne, est très courante aujourd’hui.

Exemples

  • Je devrais pouvoir me débrouiller en Espagne grâce aux quelques cours de langue que j’ai pris cet été.
  • Je devrais pouvoir trouver rapidement une solution à ton problème.
  • Si tu me donnes toutes les informations nécessaires sur sa personnalité, je devrai pouvoir le convaincre de venir à ton vernissage.
    • Au futur simple parce que le verbe de la subordonnée de condition est au présent.
  • Quant à l’armée d’Espagne, je suppose qu’avec la réserve de 1811 et la conscription de 1812 je devrais pouvoir arriver à ce résultat. (Correspondance de Napoléon Ier, 1811)
  • Il me semble que je devrais pouvoir écrire un livre sur les derniers temps de Malraux à Verrières. (Jules Roy, Journal)
  • Bien rodé, je devrais pouvoir tenir, moi aussi, mon correspondant pendant quatre minutes et demander une ristourne à France Télécom (Jean Amadou, De quoi j’me mêle !)

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : « je devrais » ou « je devrai » ? Quelle différence ?