Pourquoi les bouteilles de vin font-elles 75 cl ?

Selon l’historien Jean-Robert Pitte (La Bouteille de vin : histoire d’une révolution, 2013), qui s’appuie sur une enquête menée par Dominique Dabas et André Orsini publiée en décembre 2008, la contenance de 75 cl (750 ml) des bouteilles de vin viendrait :

  • soit du quart populaire (0,7577 l), une vieille mesure anglaise, et s’expliquerait donc par les liens du vignoble bordelais avec le marché anglais (et américain) ;
  • soit de la popularité du format de bouteille du vignoble de Bordeaux, la « bordelaise« , contenant 75 cl, ce qui permettait de tirer 300 bouteilles d’une barrique (le tonneau dans lequel on conserve le vin) bordelaise, dont la contenance est de 225 litres. Une caisse de six bouteilles (4,5 litres) correspond à peu près à un gallon anglais.

 

Voir ici : pourquoi dit-on un demi de bière ?

 

Ainsi, la loi du 13 juin 1866 concernant les usages commerciaux disait :

Vins (La contenance de la futaille dite bordelaise est au minimum de 225 litres). La contenance de la bouteille dite de Bordeaux est au minimum de 75 centilitres.

Cette loi a été abrogée par un décret de 2007.

Un décret du 19 mars 1963 fixait une capacité nominale de la bordelaise à 75 cl et et une capacité utile à ras bord à 76,5 cl (pour le bouchon et un peu d’air), mais il ne semble pas que les arrêtés qu’il prévoyait aient été pris.

Le modèle de la bordelaise s’est diffusé en France, puis dans le monde comme format quasi standard de la bouteille de vin. Elle fait figure de bouteille de vin traditionnelle. 

Ce n’est toutefois pas le seul modèle de bouteille de vin. En effet, il existe la bourguignonne, la rhodanienne, la provençale, le clavelin du Jura, la flûte alsacienne, etc. Cette dernière est d’ailleurs protégée par un décret du 20 mai 1955 en tant que bouteille du type « vin du Rhin ». 

75 cl de vin permet de servir cinq à six verres. La couleur verte des bouteilles permet de protéger le vin des UV. 

De manière plus amusante, il est à noter comme le relève le blog Au bon clos que le psaume 75 de la Bible utilise la métaphore du vin :

À toi nous rendons grâce, ô Dieu, nous rendons grâce, en invoquant ton nom, en racontant tes merveilles.
« Au moment que j’aurai décidé, je ferai, moi, droite justice ; 
la terre s’effondre et tous ses habitants; j’ai fixé, moi, ses colonnes.
« J’ai dit aux arrogants : Pas d’arrogance ! aux impies : Ne levez pas le front,
ne levez pas si haut votre front, ne parlez pas en raidissant l’échine. » 
Car ce n’est plus du levant au couchant, ce n’est plus au désert des montagnes 
qu’en vérité, Dieu le juge, abaisse l’un ou élève l’autre :
Yahvé a en main une coupe, et c’est de vin fermenté qu’est rempli le breuvage ; il en versera, ils en suceront la lie, ils boiront, tous les impies de la terre.
Et moi, j’annoncerai à jamais, je jouerai pour le Dieu de Jacob ;
je briserai la vigueur des impies ; et la vigueur du juste se dressera.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *