144 Vues
Enregistrer

Sans crier gare : définition & origine (expression) 😱

Publié le 30/08/2021
0 commentaire

Définition

Sans crier gare : sans avertir, sans prévenir.

Sans crier gare : origine de l’expression

L’interjection « gare », en ancien français guar, « prends garde ! », « attention ! », est la forme abrégée de garde ! (de « garder », au sens de veiller à sa sécurité).

Saint Hierosme racompte en la vie de Saint Hilarion, qu’un bon Pere du desert se sentant inquiété de tentations sensueles, disait à son corps gare, gare, gare, que si admonesté trois fois elles ne s’estaignaient il le mal menait si furieusement qu’une autrefois au premier gare, toute la chair fremissait d’apprehension.

J.-P. Camus, Homélies, 1625. / Ici, le saint dit gare à son corps de ne pas céder à des tentations sensuelles, il prévient d’un danger

On l’emploie encore aujourd’hui (gare à…) :

Et je te défends de dire « oui maman », de faire l’original ; et gare à toi, si je t’entends chantonner, siffler entre tes dents, imiter le charretier sans souci. Ça ne prend jamais avec moi.

Renard, Poil de Carotte

Le TLFi relève « sans dire gaire » dans un recueil de chanson du XVe siècle. On trouve « sans dire gare » au XVIe siècle au moins :

Et comment me veux-tu frapper encore ? voulant dire qu’il devait dire gare avant que le frapper.

L’Académie des philosophes, 1587

« Crier gare » peut être repéré au XVIIe siècle :

Ces Cochers ont beau se haster,
Ils ont beau crier gare, gare,
Ils sont contraints de s’arrester

Claude-Louis Berthaud, La Ville de Paris en vers burlesques, 1665

L’expression moderne est présente dans un posthume de Gilles Ménage (1613 – 1692), mais est surtout employée à partir du XIXe siècle (4 résultats pour le XVIIIe siècle pour Gallica, 2227 pour le XIXe siècle). C’est aujourd’hui une expression très employée.

À lire ici : pourquoi dit-on « à bon escient » ?

Exemples

  • Il sauté de la falaise sans crier gare et a fait l’un des plus beaux plongeons que j’ai pu voir de ma vie ! C’est un homme plein de surprises !

— Il n’est pas gentil, alors ? —

Ne m’en parlez pas ! répondit Gervaise, il était très bien pour moi, là-bas ; mais, depuis que nous sommes à Paris, je ne peux plus en venir à bout… Il faut vous dire que sa mère est morte l’année dernière, en lui laissant quelque chose, dix-sept cents francs à peu près. Il voulait partir pour Paris. Alors, comme le père Macquart m’envoyait toujours des gifles sans crier gare, j’ai consenti à m’en aller avec lui ; nous avons fait le voyage avec les deux enfants.

Zola, L’Assommoir