610 Vues
Enregistrer

« Tout entière » ou « toute entière » ? Orthographe

Publié le 13/10/2021
5 commentaires

On écrit : tout entière. Ici, la liaison entre les deux termes peut induire en erreur : l’orthographe et la forme fautive se prononcent de la même manière. Exemples :

  • Cette belle région était offerte tout entière à ma peinture, que je pouvais exercer librement.
  • L’âme est laissée tout entière à elle-même, et l’attention est ramenée forcément à cet ouvrage du peuple-roi qu’on a sous les yeux.  (Stendhal, Mémoires d’un touriste)
  • Pendant quelques minutes, elle resta là, éperdue, dans cette crise qui la tenait tout entière. (Zola, Une Page d’amour)
  • Les photographes de presse saisissent la scène au vol, à un moment où Angela Merkel a stupéfié l’Allemagne et l’Europe tout entière en ouvrant les frontières allemandes pour accueillir les réfugiés bloqués en Europe centrale. (Lesechos.fr)

 

Pourquoi l’orthographe est-elle « tout entière » ?

En effet, « tout » est ici employé comme adverbe (il signifie ici « complètement », « entièrement », « tout à fait»). Or, les adverbes ne varient que devant un adjectif au féminin qui commence par une consonne (toute bête, toute ronde) ou un h aspiré (un « h » qui ne permet pas la liaison, par exemple « toute honteuse », « toute hâlée » ou « toute hérissée »). Ce n’est pas le cas d’« entière » qui débute bien sûr par une voyelle. Il faut donc écrire « tout ».

La règle est la même, par exemple, pour « tout énervée », « tout essoufflée », « tout occupée », etc. Il faut remarquer toutefois que cette règle a été adoptée par l’Académie français au XIXe siècle, et qu’elle a été très souvent transgressée, même au XXe siècle. On trouve ainsi dans la Vie des Martyrs (1914 – 1916) de Georges Duhamel (1884 – 1966): 

Mais cette souffrance-là veut être soufferte toute entière ; elle n’étourdit même pas ceux qu’elle accable.

Même la 5e édition du Dictionnaire de l’Académie (1798) écrivait « Attendre une heure toute entière » (article « entier »). Cette mention disparaît dans la 6e édition (1835). Cette locution sert aussi de titre pour un poème de Baudelaire (1821 – 1867) dans Les Fleurs du mal (1861). À lire en cliquant ici : « le haricot » ou « l’haricot » ?