332 Vues
Enregistrer

Voir midi à sa porte : définition & origine (expression) 🕛

Publié le 16/12/2019 (m.à.j* le 27/05/2024)
0 commentaire

Définition

Voir midi à sa porte signifie : juger une situation selon ses intérêts propres, considérer un problème selon ses préoccupations.

Voir midi à sa porte : origine de l’expression

Comme pour tous les proverbes, il est difficile de trouver son origine exacte. On trouve une explication de l’origine de l’expression présentée sous une autre forme, « connaître midi à sa porte » (qui semble avoir disparu aujourd’hui) dans un Glossaire étymologique et historique des patois et des parlers de l’Anjou de 1908 :  

  • « Expression rappelant une habitude constante autrefois, de juger de l’heure par la direction du rayon de soleil, pénétrant par la porte dans la maison. »

Chacun juge selon de son propre point de vue l’heure que donne le soleil. Il est à noter cependant qu’une une étude sur le parler dolois (autour de Saint-Malo, assez éloigné de l’Anjou) de 1910 donne une signification à l’explication qui s’éloigne un peu de la version que nous employons aujourd’hui :

  • « Chacun connaît midi à sa porte », c’est-à-dire chacun sait (mieux que personne) ce qu’il a à faire.

On peut supposer des variations régionales. Pierre Dac (1893 – 1975) l’emploie dans un jeu de mot :

[…] d’autant que nul n’est censé ignorer la loi ; et qu’en partant de ce principe, chacun connaît midi à sa porte et trois heures un quart à son bracelet-montre.

L’Os libre, 24 juillet 1946

Autre exemples d’emploi 

  • Il faut parfois savoir voir midi à sa porte : tu ne peux pas faire toujours passer les intérêts de tes pairs à tes dépens.

« Chacun voit midi à sa porte« .

Il n’est point d’enseignement ou de renseignement sur une pièce classique. Chacun l’entend à sa manière et la diversité des opinions est telle que celui qui se charge de la monter doit se défier, s’il a le sens de son métier, d’avoir sur l’œuvre la moindre conception. 

Louis Jouvet, Témoignages sur le théâtre

Si chacun semble voir midi à sa porte, «le mouvement des «gilets jaunes» qui a éclaté à l’automne 2018 a mis en lumière une exaspération à l’égard des prélèvements qui couvait en France depuis plusieurs années», analyse alors le chercheur.

Lefigaro.fr