262 Vues
Enregistrer

Amatrice : peut-on le dire ? Féminin d’amateur

Publié le 21/10/2022
0 commentaire

« Amatrice » est un pluriel régulier du nom (ou de l’adjectif qui en a été dérivé) « amateur ». Le noms qui ont un masculin en -tor et un féminin en -trice viennent en général de mots latins en -tor et en -trix. Or, amateur vient du latin amator, « qui aime, qui a de l’amour, de l’affection ».

Ce mot n’est pas reconnu par le Dictionnaire de l’Académie française, mais il est relevé par le Larousse, le Robert, la Grammaire nationale de Bescherelle (1850) même par le Littré qui le juge « bon et utile », et déplore la difficulté de son introduction en français à cause du « bas calembour qu’il suscite » (?). Le TLF remarque qu’« amatrice » est rare et que le féminin est en général « amateur », mot qui serait donc épicène. On pourrait dire « elle est amateur de bijoux anciens » comme l’Académie, mais c’est affaire de choix. La forme féminine a été quelques fois employée aux XVIIe et XVIIIe siècles, mais son usage a été rare jusqu’à aujourd’hui. « Amatrice », qui ne choque pas du fait de sa régularité (on dit tout aussi bien acteur/actrice, spectateur/spectatrice), a cependant fait intrusion dans l’usage français contemporain, dans les écrits notamment, ainsi que sur les sites pour adultes, et semble désormais bien installé. Exemples :

  • C’est une amatrice de sports équestres.
  • Léa est une amatrice éclairée de bijoux anciens.
  • Ce sont des comédiennes amatrices.
    • Usage en apposition.
  • Elle aime dessiner en amatrice.
  • « Cette capitale est pleine d’amateurs, et surtout d’amatrices, qui font leurs ouvrages comme M. Guillaume inventait ses couleurs. » (Rousseau, L’Émile)
    • Emploi isolé remarquable.
  • « Belle et riche à millions (ceux que possédait son entreteneur en titre, banquier belge), elle se targuait d’être amatrice d’art. » (Victor Marguerite, La Garçonne)
  • « Le premier est sa bibliothèque : Catherine de Médicis ne collectionne pas que les objets d’art, elle est aussi une grande amatrice de livres. » (Céline Borello, Catherine de Médicis)

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : quel est le féminin d’auteur ? Auteure ou autrice ?