Égayer et égailler sont des paronymes. Bien que la prononciation et la graphie de ces mots soient très proches, ce qui en fait de presque-homophones, ces mots n’ont pas la signification ni la même origine.

Égayer : verbe dérivé de « gai », avec préfixation en é-, qui signifie usuellement « rendre plus gai » et, à la forme pronominale (s’égayer), « s’amuser, se réjouir » (autrefois, au Moyen Âge, « se disperser »). Par extension et de manière érudite, ce terme signifie « rendre plus agréable [à l’œil] » comme dans « égayer un arbre » (l’élaguer pour le rendre plus joli). Le mot se prononce généralement « éguéyé », rimant avec « surveiller ». Exemples :

  • Il suffisait de bien peu pour égayer une journée de Gaëtan : croiser un gentil chien, s’asseoir devant un joli ruisseau ou échanger de bonnes paroles avec un ami.
  • Les convives s’égayèrent plus volontiers après avoir vidé les quatre bouteilles champagnes qui trônaient au milieu de la table.
  • Ce joli mobilier urbain, adoré par les habitants de la ville, égayait les rues de cette triste ville.

Égailler : ce verbe, employé le plus souvent à la forme pronominale (s’égailler), est originaire des dialectes de l’ouest de la France selon le TLF et le Dictionnaire historique de la langue française, notamment de Vendée, où il a été employé à propos des manœuvres des Chouans pour échapper aux batailles rangées (mais le terme est bien plus ancien). Il est probablement dérivé du latin populaire aegualiare, « rendre égal » (latin classique : aequalis, « égal »), avec un rapprochement médiéval probable avec esgayer (égayer) au sens de « se disperser ». Ce verbe signifie « disperser », « se disperser, se débander, se répandre dans toutes les directions » (à propos d’animaux ou d’hommes). « [S’] Égailler » se prononce « s’égaïller », rimant avec « bailler » (le « a » est sonore). Exemples :

  • Les rebelles s’égaillèrent sans mal dans cette forêt, inconnue de leurs ennemies.
  • Prise par l’ennui de la route, elle klaxonnait à chaque fois qu’elle croisait un groupe d’oiseau pour les admirer s’égailler en symétrie.
  • Je me suis égaillé au premier signe d’une présence étrangère dans la zone.