510 Vues
Enregistrer

Picrocholine : définition · synonymes · exemples · étymologie

Publié le 26/09/2022
2 commentaires

Définition. (Adjectif à la forme féminine). Picrocholine : qui tient d’une rivalité ridicule, dont la cause est ridicule, insignifiante. Cet adjectif très rare, difficile à prononcer, et absent de certains dictionnaires (comme le TLF), est surtout employé dans l’expression « guerre picrocholine », qui  désigne un conflit qui amuse par l’obscurité ou la futilité des motifs qui l’ont causé. Exemples :

  • le conflit commercial entre ces deux pays finit par prendre des airs de guerre picrocholine quand ils rompirent leurs relations pour une question de « mots irrespectueux » ;
  • les supporters des équipes de ces deux villes, qui n’avaient pourtant rien pour s’opposer, se livraient une guerre picrocholine depuis une histoire de « crachat » malvenu.
  • Pierre était englué dans une guerre picrocholine avec son voisin qui avait osé ériger un mur si haut autour de sa propriété qu’il lui cachait le soleil.

Toutefois, l’usage de l’adjectif se développe aujourd’hui. Ainsi, on trouve parfois dans la presse la forme masculine « picrocholin », dans « débats picrocholins » par exemple (le JDD), ou « coup de théâtre picrocholin » (Libération). « Picrocholine » est parfois employé aussi de « qui est colérique et ridicule ».

Synonymes : petite, insignifiante, ridicule, risible, grotesque, absurde, bouffonne, aberrante, ubuesque, etc.

Antonymes : terrible, importante, sérieuse, etc.

Étymologie : « picrocholine » est dérivé du nom d’un personnage du Gargantua (1534) de Rabelais (1483? – 1553), Picrochole, qui a pris prétexte de la dispute de ses gens avec ceux de Grandgousier pour lui déclarer la guerre. Le motif de cette guerre était cependant dérisoire : des fouaciers de Picrochole ont refusé de vendre de la fouace à des bergers de Grandgousier, et les deux groupes ont fini par se violenter l’un l’autre. Le nom de Picrochole est composé à partir du grec pikros, πικρος, « piquant, aigu » et kholè, χολή, « bile, fiel », liquide visqueux auquel on attribuait dans la médecine ancienne l’origine de la colère. « Guerre picrocholine » n’est repérable qu’à partir du XXe siècle (si l’on se fie aux résultats Gallica).