11 Vues
Enregistrer

Aparté : définition simple et exemples (théâtre)

Publié le 12/09/2023

Définition d’aparté

Le mot « aparté » désigne, en général, une conversation particulière au sein d’une plus grande conversation. L’aparté désigne soit une parenthèse faite dans un discours (pour s’adresser à une personne en particulier), soit une conversation entre plusieurs personnes à l’écart d’un autre groupe de personnes. Une personne qui parle par exemple de ses vacances pourrait ainsi dire : « Nous avons fait une magnifique randonnée et je tiens à te dire, Michel, en aparté, que Manon s’est très bien débrouillée. » (il est courant, en français, d’introduire ce genre de discours par la locution « en aparté »). Autre exemple, un journaliste pourrait écrire : « Le ministre a affirmé dans un aparté aux journalistes qu’il se rendrait lui-même à cette conférence pour défendre le point de vue du gouvernement », ce qui signifie que le ministre a pris un temps, au cours d’une visite, pour parler directement à des journalistes.

L’aparté : un mot venant du théâtre

Le mot aparté vient du vocabulaire du théâtre. Il désigne les brèves répliques dites par un personnage à part des autres personnages, comme s’il s’adressait à lui-même et indirectement, au public. Les autres personnages ne sont pas censés l’entendre. Les apartés impliquent donc la présence sur scène des personnages « exclus ». Ces apartés sont souvent précédés d’indication comme « à part » (le plus souvent), « en lui-même/en elle-même », etc. L’aparté permet de dévoiler au spectateur les sentiments d’un personnage, une pensée intime, de le prendre à témoin, ce qui crée ce que l’on nomme aujourd’hui, parfois, l’ironie dramatique (le spectateur sait des choses essentielles que les personnages ne savent pas ou comprennent mal). Cette ironie dramatique renforce la compassion des spectateurs pour le personnage qu’ils comprennent mieux et avec l’esprit duquel ils sont impliqués. Le spectateur peut ressentir de l’empathie ou de la sympathie (née de l’effet comique).

L’aparté est un artifice risqué car il peut briser l’illusion théâtrale : il repose sur une convention (les autres personnages ne sont pas censés l’entendre alors que vraisemblablement ils le devraient) et brise le mur avec le public en révélant la double énonciation qui caractérise le théâtre.

Exemples d’aparté au théâtre

  • Harpagon : C’est trop d’honneur que vous me faites, adorable mignonne.
    Mariane, à part : Quel animal !
    Harpagon : Je vous suis trop obligé de ces sentiments.
    Mariane, à part. Je n’y puis plus tenir.
    Molière, L’Avare, III, 10 : ces apartés montrent au spectateur l’exaspération de Mariane, qui n’aime pas Harpagon mais son fils, Cléante.
  • Clarice bas, à Lucrèce. Cousine, il te connaît, et t’en veut tout de bon.
    Lucrèce, en elle-même : Plût à Dieu !
    Corneille, Le Menteur, III, 5

Étymologie d’aparté

Aparté vient de la locution adverbiale italienne a parte, « à part ».