On écrit : avoir tort avec un « t » final. Le « tort » est le fait pour une personne d’avoir une position contraire à la raison, à la vérité, ou au droit. On retrouve ce mot dans des expressions très courantes : « faire du tort à quelqu’un« , « à tort ou à raison » ou « à tort et à travers ».  Ce n’est pas le cas de « tord », avec un « d », qui est la troisième personne du singulier du verbe « tordre » à l’indicatif présent. Cette confusion est très courante, peut-être parce la terminaison en « d » paraît plus naturelle aux francophones. Cependant, ces deux formes ne sont pas étrangères l’une l’autre. En effet, le terme « tort » vient du latin populaire tortum, qui correspond à tortus, « tordu » ou « ce qui est contraire au droit » (selon le TFLi), du verbe torquere. Selon cette métaphore, ce qui est n’est conforme à la raison, ce qui est contraire au droit, n’est justement pas droit, mais tordu. On qualifie bien aujourd’hui quelqu’un de dérangé de « tordu ». À lire ici : « en suspens » ou « en suspend » ?

 

• Exemples avec « avoir tort »

  • Je pense que Jacques a tort de persister dans cette affaire qui ne présente aucun espoir. 
  • Avoir tort n’est pas forcément une humiliation aux yeux des autres. Il faut parfois savoir l’accepter.
  • Cette malheureuse avait été accusée à tort de vol, si bien qu’elle a passé plusieurs mois en prison avant que son innocence ne soit prouvée. 
  • On emploie aujourd’hui à tort et à travers la notion de « résilience », ce qui détourne l’attention de l’origine ou des causes des chocs qui peuvent être traumatisants. 
  • Sous bouffonneries amusent beaucoup le public mais font beaucoup de tort à sa carrière en ruinant son image d’acteur sérieux.
  • La réformation (je l’ai déjà dit) a tort de se montrer dans les monuments catholiques qu’elle a envahis ; elle y est mesquine et honteuse. (Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe)
  • Mais pour un homme comme M. Vinteuil il devait entrer bien plus de souffrance que pour un autre dans la résignation à une de ces situations qu’on croit à tort être l’apanage exclusif du monde de la bohème (Proust, À la recherche du temps perdu)
  • Les révolutionnaires ont tort ; car, s’ils voient le mal, ils n’ont pas plus que les autres l’idée organisatrice. Or il est absurde de détruire, quand on n’a rien à mettre en place. (Renan, L’Avenir de la science)
  • De toute évidence, il en devait être un qui avait raison, et l’autre tort. (Saint-Exupéry, Citadelle)