Bangala signifie : pénis ou gros pénis.

On écrit aussi bengala.

C’est un terme argotique et familier employé en français d’Afrique centrale ou d’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Burkina Faso, etc.) pour désigner le sexe de l’homme. 

 

Bangala : origine du mot


L’origine du terme est incertaine. Le Dictionnaire historique de la langue française note succinctement que c’est un « emprunt à une langue africaine ».

L’hypothèse la plus solide fait de bangala un emprunt au portugais bengala, dérivé de Bengale (en Inde), et qui désigne une baguette ou une canne (cf. Jean-Louis Rougé, Dictionnaire étymologique des créoles portugais d’Afrique). Les Portugais étaient en effet présents de bonne heure en Afrique. Ils disposaient de comptoirs commerciaux en Afrique de l’Ouest et centrale (notamment pour la traite des esclaves), qui servaient aussi d’étapes sur la route maritime des Indes (vers le Bengale notamment), et ils ont constitué des colonies. L’existence d’échanges linguistiques entre les différentes langues d’Afrique et le portugais n’est donc pas étonnante. Certains pays sont toujours lusophones et d’autres ont développé un créole à partir du portugais et des langues indigènes (comme, entre autres, Sao Tomé-et-Principe, État insulaire situé au large du Gabon).

Le portugais bengala est entré dans plusieurs langues africaines. Galan-b désigne entre autres en wolof une baguette de tambour (cf. Dictionnaire wolof-français…, Jean-Léopold Diouf), mais il est aussi employé au sens de pénis (cf. Geneviève N’Diaye-Correardmbangala une canne ou un gourdin en kikongo, etc.

Bangala est un terme d’argot mal connu en France, et son usage est en général circonscrit aux personnes ayant un lien culturel avec l’Afrique ou à ceux qui, l’ayant entendu, s’amusent à le répéter.

Il est peu employé dans le rap. 

 

À lire en cliquant ici : de quelle langue africaine vient le terme « bougnoule » ?

 

Exemples


Ils crachèrent: « Après tout, on n’est pas à te surveiller vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour savoir où tu mets ton bangala ! » — De toute façon, c’était pour rire, jetai—je en marchant à reculons.

Calixthe Beyala, La Petite Fille du réverbère

 

 

« Je te jure , si tu lances le caillou – là sur lui , je fais disparaître ton bangala maintenant même – même . » Je vis le gamin s’enfoncer aussitôt la main dans la culotte .

Alain Patrice Nganang, Temps de chien: chronique animale

 

 

Le passager totalement nu essayait s’il était un homme de mettre la main maladroitement sur son bangala en l’air, si c’était une femme sur son gnoussou-gnoussou. (Bangala et gnoussou-gnoussou sont les noms des parties honteuses d’après Inventaire des particularités lexicales en Afrique noire.)

Ahmadou Kourouma, Allah n’est pas obligé