Kichta (ou quichta): une liasse de billets, de l’argent.

Par extension : la sacoche qui contient l’argent de la drogue.

 

Kichta : l’origine inconnue de ce terme


Ce terme vient de l’argot des banlieues françaises, et plus précisément du vocabulaire des dealers de drogue. Bien qu’il soit employé depuis relativement longtemps (on le trouve par exemple en 2013 dans certains tweets), il n’a été que récemment popularisé par certaines chansons de rap à succès, surtout par La Kichta, chantée par l’algérien Soolking, en duo avec Heuss L’Enfoiré (qui avait largement contribué à la diffusion du terme moula/moulaga auprès de la jeunesse). Les deux rappeurs semblaient d’ailleurs avoir l’intention de populariser ce terme, puisque le clip de cette chanson débute par la mise en scène d’un jeu télévisé ou une présentatrice demande aux candidats « quel est le mot le plus populaire en argot pour définir une grosse quantité d’argent ». Or, un des candidats, relativement âgé, répond naïvement « le flouz ! », terme argotique, certes, mais déjà très ancien. Il est rabroué par la présentatrice, qui refuse par la suite deux autres réponses (la « moula », terme d’argot des banlieues mais déjà trop connu, et « l’écu », réponse ridicule formulée par une jeune femme visiblement étrangère à ces usages), avant d’approuver avec joie la réponse du dernier candidat, joué par Soolking : la kichta.

Si la chanson a rencontré un certain succès, celui-ci a été insuffisant pour diffuser efficacement ce terme auprès d’un public jeune relativement large. 

Il est difficile, en outre, de déterminer l’origine de ce kichta. Il est peut-être dérivé de l’arabe al-qishta, القشطة, qui désigne une crème condensée qui entre dans la composition de certains desserts. La crème est associée en général à ce qui est agréable, à ce qui rend la vie douce, comme l’argent. Les populations des banlieues françaises ont peut-être fait dériver de ce terme l’argot kishta. Mais c’est une hypothèse fragile qui ne repose que sur la proximité phonétique de ces termes. L’arabe qishta n’est d’ailleurs pas employé en arabe pour « argent » ou « liasse ».

À lire en cliquant ici : que signifie « sah » ?

Exemple d’emploi :

J’voulais lui prouver que j’pouvais m’en sortir seul, que moi aussi j’savais faire de la kichta, que j’étais pas aussi débile qu’il le prétendait. J’ai donc tracé ma route.

Djamel Cherigui, La Sainte Touche