Galimatias : définition · exemples · synonymes · étymologie

Galimatias signifie :  discours obscur, confus, embrouillé, qui ne signifie rien même s’il semble nous dire quelque chose. 

« Dire » ou « faire un galimatias » c’est, en d’autres termes, s’exprimer en charabia.  On peut aussi parler d’un embrouillamini

 

Prononciation


En général, on ne prononce pas le « s » final.

 

Synonymes de « galimatias »


Charabia, baragouin, embrouillamini, amphigouri, sabir, etc.

 

Origine de « galimatias » (étymologie)


Elle reste discutée (Dictionnaire historique de la langue française). Ce terme semble être introduit en français au XVIe siècle. On le trouve chez Montaigne (1533 – 1592), qui parle de « jargon de galimathias« . On l’a rattaché :

  • au bas latin ballematia (« chansons obscènes »), l’hypothèse la plus courante selon le TFL.
  • au grec kata matthaion (« selon saint Matthieu ») en faisant référence à la récitation monotone de la généalogie du Christ ;
  • au provençal Galimatié, le nom d’un pays imaginaire, qui a ensuite désigné le jargon des étudiants ; 
  • à une fusion du latin gallus, « coq », qui désignait au Moyen Âge les étudiants participant aux discussions réglementaires, et de la terminaison grecque mathia, « science », ce qui donnerait la « science du coq » ; 
  • au verbe galer, « s’amuser ». 

 

Simple et double


Nicolas Boileau (1636 – 1711) a distingué le galimatias simple, incompréhensible pour les auditeurs seulement, du galimatias double, incompréhensible à l’auteur même. Le galimatias simple peut relever d’un usage fallacieux du langage destiné à impressionner un auditoire en lui débitant des sornettes maquillées en jargon sophistiqué. Les médecins de Molière (1622 – 1673) cachent par exemple leur incompétence derrière du baragouin. 

 

Exemples 


Le discours du ministre était un simple galimatias

Je ne comprends rien à vos horribles galimatias !

« La métaphysique gödelienne de la transcendance euclidienne… »
– Cela n’a aucun sens, c’est du galimatias
– Vous me scandalifiez !

 

Ils savent, mon frère, ce que je vous ai dit, qui ne guérit pas de grand-chose, et toute l’excellence de leur art consiste en un pompeux galimatias, en un spécieux babil, qui vous donne des mots pour des raisons, et des promesses pour des effets. »

Le Malade imaginaire, III, 3

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.