Liste des mots d’origine japonaise en français

Cette liste vous présente des mots d’origine japonaise employés couramment en français. Les emprunts français au japonais sont nombreux.

Cette liste des mots d’origine japonaise a bien sûr des manques.

 

Mots liés aux arts martiaux d’origine japonaise


  • aïkido, 合気道 : « la voix de la paix intérieure, la voix de l’unification de la force » ;
  • dan,  : degré de qualification dans un art martial (premier dan, deuxième dan, etc.) ;
  • dojo, 道場 : le salle destinée à la pratique des arts martiaux ;
  • judo, 柔道 :  littéralement « voie de la souplesse ». Le pratiquant est le judoka, 柔道家 ;
  • jujitsu, 柔術 : littéralement « art de la souplesse » ;
  • karaté, 空手 : littéralement « main vide » ou, plus fidèlement, « voie de la vacuité par la main », « vacuité » étant à comprendre comme libération de l’esprit au sens bouddhique. Le pratiquant est le karatéka ;
  • kendo, 剣道 : littéralement « voie de l’épée », cet art martial se pratiquant avec des épées en bambou ;

 

Mots français d’origine japonaise


Bonsaï, 盆栽 : littéralement « arbre empoté », petit arbre miniaturisé pour le plaisir esthétique. La pratique vient de Chine ;

Bonze : en français, moine bouddhiste. Le terme est emprunté au japonais bonzô, 凡僧, « moine ordinaire, itinérant », terme lui-même emprunté au chinois.

Bushido, 武士道 : terme rare en français qui désigne le code moral des guerriers japonais ;

Futon布団 : matelas assez souple pour être roulé sur lui-même, qui sert à dormir ;

Geisha芸者 : femme à la mise sophistiquée qui a pour profession de divertir les hommes par de la danse et des chants. Selon le Dictionnaire historique de la langue française, a d’abord été francisé par Pierre Loti en guécha (1887).

Go,  : jeu de plateau d’origine chinoise appelée fréquemment « jeu de go » ;

Haïku俳句 : désigne en français un court poème où enchaînement des vers est surprenant. Le terme est dérivé de haïkaÏ 俳諧, qui désigne plusieurs types de poèmes, ou des poèmes humoristiques ;

Hara-kiri : désigne une méthode de suicide rituel par l’ouverture du ventre, nommée seppuku, 切腹,  par les textes spécialisés en français et au Japon. En français, « se faire hara-kiri », pour dire « faire à soi-même quelque chose de très néfaste » est une expression assez courante.

Ikebana, 生け花 : « fleurs fraîches », art de l’arrangement floral ;

Japon : dérivé de Nippon, terme d’origine chinoise signifiant « pays du soleil levant », prononcé en japonais Nihon, 日本 ; le nom du Japon place le pays dans une situation de rapport géographique et politique à la Chine (qui est donc le lieu central). « Nippon » est souvent employé comme périphrase pour « japonais ».

Kakémono, 掛け物 : parchemin suspendu ou peinture sur soie ou sur papier qui peut être roulé et, par extension, support vertical de communication mis sur pied ;

Kaki : emprunt probable à un mot japonais, mais écrit en japonais moderne dans l’alphabet katakana (カキノキ), employé pour les emprunts étrangers ;

Kamikaze, 神風 : littéralement « vent divin », « kami » pouvant signifier « divin, dieu, esprit ». D’abord employé en japonais à propos des typhons qui ont détruit la flotte d’invasion mongole depuis la Chine au XIIIe siècle, puis repris au XXe siècle pour galvaniser les pilotes japonais qui s’écrasaient sur les navires américains pour les endommager pendant la Seconde Guerre mondiale. Le terme est souvent employé en français à propos des terroristes djihadistes islamistes se faisant exploser avec leurs explosifs, ou dans la locution « mission kamikaze »  pour « mission suicide » ou « mission très périlleuse » ;

Karaoké, カラオケ : contraction de karappo空っぽ , « vide », et de orchestra, オーケストラ, « orchestre » ;

Kimono, 着物 : littéralement « manteau objet », vêtement traditionnel japonais et tenue des pratiquants d’art martiaux japonais ; 

Maki : apocope de makizushi, 巻き寿司, « sushi roulé », petit met constitué de riz vinaigré, de poisson et d’une enveloppe d’algue ;

Manga 漫画 : « dessin sans but, involontaire », désigne les bandes dessinées japonaises, très populaires en France ; 

Mikado, : « empereur du Japon », mais pas employé par les Japonais (qui emploient tenno). Désigne surtout un jeu d’origine japonaise qui consiste à retirer une par une des baguettes entremêlées sans faire bouger les autres ;

Miso, 味噌 : « pâte fermentée », désigne presque toujours en français la soupe faite à partir de cette pâte, mangée dans les restaurants japonais ; 

Ninja, 忍者 : espion ou mercenaire. Désigne le plus souvent en France les personnages entraînés à la dissimulation et aux martiaux ;

Origami, 折り紙 : art du pliage de papier ;

Saké,  : désigne en japonais l’alcool en général, mais en français l’alcool tiré de la fermentation du riz uniquement ;

Samurai : « guerrier », « membre de la classe des guerriers », vu en France comme des guerriers hautement discipliné et fidèles à un code de l’honneur rigoureux ; 

Sashimi, 刺身 : « corps tordu, percé », poisson cru découpé en lamelles ;

Seppuku, 切腹 : suicide rituel par éviscération. Voir « hara-kiri » ; 

Shiatsu, 指圧 : « pression par le doigt », méthode japonaise de massage pour la relaxation ;

Shogun, 将軍 : « chef d’armée », ou « général », ou le dirigeant de fait du Japon entre le XVIIe et le XIXe siècle. En France, utilisé populairement comme synonyme de « suprême », « présidentiel », « supérieur », etc.

Sudoku, 数独 : jeu de grille japonais populaire en France qui consiste à remplir une grille de neuf carrés de neuf cases avec des chiffres ; 

Sumo, 相撲 :  « se frappe mutuellement », lutte japonaise traditionnelle où des combattants musclés et corpulents s’opposent dans un cercle ; 

Surimi, すり身 : pâte de poisson au goût imitant celui du crabe, inventé au Japon au XXe siècle ; 

Sushi, plusieurs graphies, la plus courante étant 寿司 : plat traditionnel japonais composé d’un entassement de riz vinaigré et, le plus souvent, d’un morceau de poisson de fruit de mer posé dessus ;

Tatami, 畳 : natte épaisse, le plus souvent en paille de riz, qui compose le sol dans les habitations traditionnelles japonaises. Ce mot est surtout employé en France pour désigner les matelas en matière plastique placé pour la pratiques arts martiaux japonais ;

Tempura, 天ぷら : friture japonaise, introduite elle-même au Japon par les Portugais, désignant des fritures préparées pour Pâques (le temps de Pâques, tempura étant dérivé du latin tempus, « temps ») ;

Tofu, 豆腐 : lait de soja caillé qui forme une pâte blanche molle à teneur relativement forte en protéines ;

Tsunami, 津波 : littéralement « vague du port », immense vague qui provoque des dégâts quand elle arrive sur la côte ;

V.H.S. : acronyme de l’anglais Video Home System, est une invention japonaise et une marque déposée de JVC.

Walkman : de l’anglais « homme – marche », est une marque déposée de l’entreprise japonaise Sony ;

Wasabi, 山葵 : plante herbacée à partir de laquelle les Japonais ont tiré une pâte verte très épicée ;

Yakitori, 焼き鳥 : brochettes de viandes, souvent proposées dans les restaurants japonais en France ;

Yakusa, ヤクザ : terme tiré d’une combinaison de noms de jeux de hasard. Désigne les membres d’un gang mafieux japonais ;

Yen, : l’unité monétaire du Japon ;

Zen, : terme transcrivant en japonais le sanskirt dhyana, par l’intermédiaire du chinois chan, qui correspond à un courant du bouddhisme. Par extension, il désigne le plus souvent en France un état de quiétude face à l’adversité.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.