On écrit : « elle s’est rendu compte ». Le participe passé du verbe « rendre » est, dans ce cas, invariable. On écrit toujours « rendu compte ». En effet, cela s’explique par le fait que le pronom « s’ » est un complément d’objet indirect (COI, il répond à la question « à qui ? à quoi ? »). Pour mieux comprendre sa fonction, on peut poser la question : à qui a-t-elle rendu compte ? À « s’ », c’est-à-dire à « elle ». La phrase revient à dire : « elle a rendu compte à elle-même [par exemple : qu’elle avait oublié de prévenir sa mère de son absence] ».

Le complément d’objet direct (COD, il répond à la question « qui ? quoi ? ») est « compte ». Ce n’est pas « elle » qui est « rendue », c’est le « compte » qui est rendu. Il n’y a donc pas de raison d’accorder « rendu » avec « elle », même s’il est fait usage ici de l’auxiliaire « être ». « S’ » peut aussi être qualifié de complément d’objet second (complément d’un verbe qui a déjà un complément d’objet).

  • De la même manière, on écrira « ils se sont rendu compte de leur erreur » ou « elles s’étaient rendu compte de leur erreur ».
  • En revanche, il faut écrire « elle s’est rendue au centre-ville pour faire quelques achats ». Dans ce dernier cas, le pronom « s’ » a la fonction de COD. C’est « elle » qui s’est déplacée jusqu’au centre-ville, le participe passé « rendue » doit donc être accordé.
  • « Rendre compte de quelque chose »  est une verbe transitif qui signifie : faire le récit de quelque chose, faire un rapport à propos de cette chose. « Elle a rendu compte dans l’émission du dernier film qu’elle a vu au cinéma ».

Exemples :

  • elle s’est rendu compte que le temps avait passé trop vite ;
  • elles se sont rendu compte que la terre qu’elles cultivaient n’était pas très fertile ;
  • elle s’est rendue coupable, malgré elle, de prévarication ;

À lire en cliquant ici : « elle s’est laissée faire » ou « elle s’est laissé » faire ?