Pierre d’achoppement : définition & origine [expression]

Une pierre d’achoppement signifie : un obstacle, une difficulté, un écueil.

 

Pierre d’achoppement : origine de l’expression


L’achoppement est l’action de trébucher, de faire un faux pas (très rare dans cet emploi).

Par métonymie, ce terme désigne ce qui fait trébucher, l’obstacle en lui-même : 

Je conduis ma marche sur l’empreinte de vos pas et je considère avec un charme mêlé de peine, la grâce souffrante de vos pieds sur la dureté et les achoppements des sentiers.

M. de GuérinCorrespondance, Relevé par le TLFi

 

Par métaphore, c’est l’action de heurter en général, ou l’obstacle moral ou intellectuel à une entreprise, l’embarras.

Les Italiens ont été obligés de se permettre cet achoppement de sons qui détruisent l’harmonie naturelle …

Voltaire, Dictionnaire philosophique

 

Loin de considérer avec fierté l’incessante montée de ce petit général Bonaparte qu’elle avait épousé pauvre et presque inconnu, elle s’épouvantait de le voir maintenant maître de l’Europe, dictant aux souverains ses volontés ; chacun des bonds de ce prodigieux essor accentuait la distance qui la séparait de lui ; ses beaux-frères et ses belles-sœurs, Madame Mère elle-même, la regardaient comme un achoppement à l’apogée de la miraculeuse carrière de Napoléon ;

G. Lenotre, Les Tuileries

 

La pierre d’achoppement est donc la pierre qui fait obstacle et sur laquelle on trébuche. Cependant, cette pierre n’existe qu’en métaphore : on ne s’y heurte qu’en imagination car on n’emploie jamais cette expression au sens propre. Exemple :

Les hommes, dont la sensibilité est moins grande et les besoins de bonheur moins impérieux, comprennent comme les femmes que la jalousie, pierre d’achoppement du bonheur dans l’intimité, est la borne de l’amour, — la borne après le dernier pas.

Barbey d’Aurevilly, Ce qui ne meurt pas

Le terme « achoppement » est dérivé du verbe « achopper » (« trébucher en heurtant du pied » ou « se heurter à un obstacle physique ou à une difficulté morale ou intellectuelle »), encore dans l’usage, et lui-même dérivé de « chopper », verbe de sens similaire (« buter contre ») sorti d’usage, et à l’origine mal connue (peut-être onomatopéique, en imitation du bruit produit par une jambe qui traîne).

C’est une trop lourde imprudence de chopper deux fois contre un mesme bois.

Urfé, L’Astrée

Il existait donc autrefois la version : « pierre de choppement », très rare.

 

Voir ici : pourquoi dit-on « pierre qui roule n’amasse pas mousse » ?

Exemples


Je me trouvais si bien de mon séjour à Londres depuis que toute la soirée je pouvais être bonhomme, en mauvais anglais, que je laissai repartir pour Paris le baron, appelé par son bureau, et Barot, appelé par ses affaires de Bacarat et de Cardes. Leur société m’était cependant fort agréable. Nous ne parlions pas beaux-arts, ce qui a toujours été ma pierre d’achoppement avec mes amis.

Stendhal, Souvenirs d’égotisme

 

La principale pierre d’achoppement pour un accord entre l’Union européenne et la Suisse était l’interprétation divergente de la libre circulation des personnes.

Ouest-France.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *