« Favorie » ou « favorite » : comment l’écrire ?

On écrit : « favorite ». La forme « favorie » a existé, mais elle n’est pas dans la norme aujourd’hui.

La présence du « t » s’explique par l’origine italienne du terme, farovito, -a, au sens « qui est l’objet de la préférence de quelqu’un », en parlant notamment d’une concubine du roi. Le terme a désigné, par extension, une coiffure, puis ce pour quoi on a de la prédilection.  

Pour mémoriser, on peut penser au dérivé favoritisme

Voir ici : quelle différence entre « or » et « hors » ?

 

Exemples avec favorite 


favori ou favorite othographe

Madame de Pompadour, François Boucher, 1756 (détail) | Wikimedia Commons

 

C’est ainsi qu’ayant à parler de ma famille, je me suis livré à mes investigations favorites, sans autre intérêt que mon plaisir d’annaliste indifférent d’ailleurs à tous les autres intérêts qu’on peut attacher à un nom : j’ai pensé mourir d’aise quand j’ai découvert que j’avais des alliances avec un vieux prêtre de paroisse nommé Courte-Blanchardiète de la Boucatelière-Foiret, qui demeurait dans un clocher.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Et je ne parle pas seulement des événements accomplis, mais de l’enchaînement de circonstances » (c’était une des expressions favorites de M. de Charlus et souvent quand il la prononçait il conjoignait ses deux mains comme quand on veut prier, mais les doigts raides, et comme pour faire comprendre par ce complexus ces circonstances qu’il ne spécifiait pas et leur enchaînement.) « Je vous donnerais une explication inconnue non seulement du passé, mais de l’avenir. »

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Quatre ans plus tôt, la sourde bataille qui avait opposé ce dernier à la favorite, Hillary Clinton, avait laissé des traces durables qui avaient pesé sur la mobilisation des partisans de Bernie Sanders le jour de la présidentielle.

Lemonde.fr

 

Exemples avec favorie :

Quand les Scythes enterroyent leur Roy, ils estrangloyent sur son corps la plus favorie de ses concubines, son eschançon, escuyer d’escuirie, chambellan, huissier de chambre et cuisinier.

Montaigne, Essais, Livre II, 12

 

[…] que vous soyez devenus, pour ainsi dire, sa troupe favorie […]

Mercure de France, 1733

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *