« Je passerai » et « je passerais » sont deux formes conjuguées de verbe « passer ». La première est au futur simple de l’indicatif tandis que la seconde est au conditionnel présent. Les valeurs proches de ces deux conjugaisons peuvent prêter à confusion. Vous trouverez ici un article recensant un ensemble de conjugaisons que l’on confond souvent.

Je passeraicette forme, la première personne du singulier du futur de l’indicatif, permet d’indiquer une action que l’on est sûr de faire à l’avenir, d’indiquer une action que l’on est sûr de faire si une condition se réalise, ou de faire une promesse. Exemples : 

  • Je passerai te voir demain à quatorze heures. J’espère que tu seras prête à me recevoir !
    • Un fait certain situé dans l’avenir. 
  • Si j’arrive à me libérer assez tôt demain soir, je passerai un petit quart d’heure au café pour me détendre après cette semaine difficile.
    • Le fait est certain si la condition « me libérer assez tôt demain soir » se réalise.
  • Je passerai pour une bon à rien si j’échoue à mon examen.
    • Le fait est certain si la condition se vérifie.
  • Je passerai te voir chaque jour te voir pour que tu aies de la compagnie, c’est promis !
    • Une promesse.

Je passerais : cette forme, la première personne du singulier du conditionnel présent, permet d’exprimer un souhait ou de parler d’un fait imaginaire

  • Je passerais bien mon permis, mais je n’en ai pas les moyens.
    • Un  souhait.
  • Je passerais volontiers à la maison pour déjeuner mais j’ai un important rendez-vous avec un client. 
    • Un souhait.
  • Rentier, libéré du travail, je passerais mes journées à me promener et je lirais tous les livres que je trouverais.
    • Un fait imaginaire.
  • Je passerais donc sur cette lacune pour achever le récit de mon excursion, si le hasard n’eût fait venir à ma connaissance une histoire populaire que je vous transmets, telle qu’on me l’a racontée sur le lieu même de la scène. (Musset, Voyage en Italie et en Sicile).
    • Encore une fois, Musset exprime un fait imaginaire, quelque chose qui ne se passera jamais car quelque chose l’a détourné de son intention première.

Il faut éviter de faire suivre « si » de « je passerais ». Par ailleurs, cette dernière forme est plutôt rare.