81 Vues
Enregistrer

Idoine : définition · synonymes · exemples · étymologie

Publié le 09/02/2022
2 commentaires

Définition d’idoine

(Adjectif). « Idoine » qualifie le plus souvent, dans la langue de tous les jours, quelque chose qui convient, qui est adapté. Ainsi, on pourrait dire que « je n’ai pas trouvé la pièce idoine pour réparer ma machine à laver » pour dire que je n’ai pas trouvé la bonne pièce, celle qui convient. Cet adjectif peut aussi qualifier une personne ou un quelque chose d’abstrait, comme dans l’exemple suivant : « elle n’avait pas trouvé l’expression idoine pour dire la réalité de ses sentiments complexes ». Ce terme est souvent employé en droit, domaine dans lequel il avait une signification ancienne, qualifiant ce qui est propre à quelque chose.

À lire en cliquant ici : que signifie « incurie » ?

Synonymes : idoine

Propre à, adapté, convenable, seyant, apte, ad hoc, adéquat ;

Antonymes (contraires)

Impropre, inadapté, inadéquat, opposé ;

Exemples

Quand je me serai fait faire une planche idoine pour écrire dans mon lit, je t’enverrai plus de détails ; après-demain sans doute.

Flaubert, Correspondance

Mais la volonté de changer de vie passe aussi, plus massivement, par des engagements associatifs et politiques : animer une librairie ou une coopérative, aider les pays du tiers-monde en promouvant le commerce équitable, militer dans un syndicat ou une association de parents d’élèves. Ces multiples engagements, qui peuvent coexister ou s’articuler dans les couples, nourrissent souvent des projets politiques à l’échelle de la municipalité, qui semble le cadre idoine pour réaliser des changements.

Xavier Vigna, Histoire de la société française

Une attention singulière a dès lors été portée sur la détermination du moment idoine pour proposer la médiation mise en œuvre au stade du pourvoi en cassation.

Dalloz-actualite.fr

Idoine : étymologie (origine)

Emprunté au latin idoneus, « approprié, convenable, suffisant », dont l’étymologie est incertaine selon le Dictionnaire historique de la langue française. On le trouve chez l’écrivain humaniste Rabelais (1483 ou 93 – 1553). Maurice Grevisse, dans Le Bon Usage, s’est étonné du retour au XXe siècle de cet archaïsme littéraire dans le lexique général. Il est vrai qu’il n’est plus senti comme un archaïsme aujourd’hui.

Plusieurs dictionnaires notent que l’usage dans le sens « qui est adapté, qui convient » est fait par amusement ou par plaisanterie. Cela ne semble pas être vrai dans la majorité des cas où ce terme est employé. En effet, « idoine » est le plus souvent employé sérieusement, et appartient au vocabulaire technique, universitaire, ou à la langue soutenue.