690 Vues
Enregistrer

22 mots sans équivalents en français (« intraduisibles »)

Publié le 16/03/2023
8 commentaires

Cet article vous présente 22 mots de langues étrangères qui n’ont pas vraiment d’équivalents en français. On les qualifie parfois d’« intraduisibles », bien que cette qualité leur soit parfois contestée (existe-t-il vraiment des mots intraduisibles ?). Si connaissez d’autres mots (effectivement employés, qui circulent vraiment dans l’usage de leurs langues d’origine), n’hésitez pas à les indiquer en commentaire.

  1. Die Sehnsucht : ce mot allemand désigne la souffrance liée au fait d’aspirer à quelque chose, ou d’aspirer à être avec quelqu’un qui manque, la tension vers quelque chose qui semble impossible à obtenir. Selon les leçons viennoises de 1808 du philosophe Schlegel (1772 – 1829), la Sehnsucht caractérise la poésie moderne, une poésie du désir et de l’envie, tandis que le poésie classique serait plastique, sensuelle, harmonieuse et de jouissance du présent. Il est composé du verbe sehnen, désirer, et sucht, anxiété, maladie, dépendance.
  2. Die Schadenfreude : ce mot allemand, péjoratif, désigne la joie de voir le malheur des autres, devant l’échec de rivaux, lorsqu’on estime qu’une personne a bien mérité son malheur ou lorsqu’on envie une personne. C’est un sentiment qui n’est pas considéré comme socialement désirable.
  3. Die Waldeinsamkeit : ce mot allemand, associé au courant romantique, désigne le sentiment mystique qui naît chez un individu par l’expérience de la solitude dans la forêt. C’est aussi un motif de la peinture.
  4. Care : ce mot anglais désigne le fait d’être tourné vers les autres, de tendre vers le soin des autres et de celui de la société, la sollicitude active envers autrui. En politique, c’est l’idée que la collectivité doit reconnaître que les individus sont fragiles et ont besoin de soin. L’éthique du care est notamment promue en France par la philosophe Sandra Laugier : c’est une attention à l’autre, un souci pour l’autre, le sens de la responsabilité que nous avons des autres. Toutefois, l’usage public du mot est aujourd’hui très rare.
  5. Sprezzatura : ce mot italien, inventé par Castiglione (1478 – 1529), désigne le fait d’éviter l’affectation (feindre le naturel, exagérer ses expressions), agir en toutes choses avec une certaine nonchalance, comme si les actions les plus difficiles n’avaient demandé aucun effort. C’est en quelque chose une désinvolture de dandy.
  6. Kairos, καιρός : ce mot de grec ancien désigne le moment opportun, l’occasion propice pour prendre une décision ou employer un argument, l’instant où il faut agir, etc. Le prudent, le sage, doit connaître la configuration d’un moment, l’ensemble des facteurs qui sont en action, et agir en conséquence. Le terme est employé dans le Nouveau Testament (Marc, I,15), au sens du « temps de l’accomplissement, de la survenue du royaume de Dieu ».
  7. Saudade : ce mot portugais désigne une tristesse heureuse, une mélancolie mêlée de rêverie, une sorte de nostalgie. La saudade est liée au fado, genre musical portugais. Sodade est par ailleurs une chanson cap-verdienne de Cesária Évora (1941 – 2011) sur sa mélancolie pour l’île de São Nicolau.
  8. Hygge : ce mot danois, très courant dans ce pays, et qui a essaimé ailleurs, désigne le sentiment général de se sentir bien, relaxé, tranquille, en compagnie de ses proches ou de ses amis, lorsque l’on sort ou que l’on participe à une activité commune. C’est, en quelque sorte, « le bon temps partagé ».
  9. Sobremesa : en espagnol, ce mot désigne le moment après le repas à table où l’on se détend et discute.
  10. Spleen : ce mot anglais, bien connu en français du fait de son emploi notable par Baudelaire (1821 – 1867), désigne un état de mélancolie sans cause apparente, qui peut aller jusqu’au dégoût pour l’existence.
  11. Gluggaveður : ce mot islandais qui signifie littéralement « fenêtre-temps » désigne un temps appréciable depuis chez soi, à regarder à travers une fenêtre, mais désagréable et froid lorsqu’on s’y confronte à l’extérieur.
  12. Lagom : cet adverbe suédois signifie « juste assez, ni trop, ni insuffisamment ».
  13. Lous (لوس) : ce mot farsi est qualifie une personne entre le gnan-gnan et le ridicule.
  14. Bâ namak (با نمک) : ce mot farsi veut dire « salé », et qualifie par métaphore les gens mignons, plaisants, drôles.
  15. Cafuné : mot de portugais du Brésil qui désigne le fait de « caresser tendrement les cheveux de quelqu’un », de le gratouiller.
  16. Uyutnyy (russe, уютный) ou gemütlich (allemand) : ces adjectifs qualifient le fait de se sentir bien et en harmonie avec son environnement.
  17. Gattara : ce mot italien péjoratif est l’équivalent de « femme à chats ».
  18. Jootha : ce mot hindi signifie « souillé par la salive et impropre à la consommation des autres ».
  19. Komorebi (木漏れ日) : ce mot japonais désigne la lumière filtrée par les feuilles d’arbre.
  20. Tsundoku (積ん読): ce mot japonais désigne le fait d’accumuler les livres chez soi sans les lire.
  21. Wabi-sabi (侘寂) : ce mot japonais est un concept bouddhiste qui porte une conception de l’existence qui passe par l’acception de la fugacité et l’imperfection de l’existence.
  22. Tartle ce nom écossais désigne l’hésitation lorsqu’on essaye de se souvenir du nom de quelqu’un.