Ne pas payer de mine : définition & origine [expression]

Ne pas payer de miner signifie : ne pas avoir une belle apparence mais avoir des qualités cachées, valoir mieux que son aspect peu engageant.

 

Ne pas payer de mine : origine de l’expression


Dans cette expression, « payer de » est employé dans un sens ancien au sens de « faire montre d’un comportement » (exemples : payer d’obéissance, payer d’audace). La mine désigne l’apparence extérieure de quelqu’un ou de quelque chose, surtout le visage de quelqu’un (« avoir bonne mine » par exemple). Payer de mine c’est donc avoir une belle apparence extérieure :

Eh bien ! dirent les jeunes femmes à Barillé, tu vas donc te marier, mon gars ? – Pourquoi pas ? – C’est que tu es bien jeune encore. – C’est un défaut qui me passera. – Et tu n’as pas grand mine… Dam ! quand on est marié, il faut aussi payer de mine, ou bien on en dit de drôles !

La Presse, 16 avril 1837

 

M.Wartel fait tout ce qu’il peut d’un rôle où il n’y a rien à faire ni rien à chanter, et qui, à défaut d’autre chose, paye de mine et bonne tenue.

Le Courrier artistique, 1er octobre 1865

L’usage de cette expression devait être surtout oral. Elle est restée rare à l’écrit. On la trouve surtout à partir du XIXe siècle.

L’expression contraire « ne pas payer de mine » à connu, quant à elle, une meilleure fortune : elle désigne ce qui n’a pas une belle apparence, mais qui peut cacher des qualités intrinsèques. On en trouve un usage qui semble unique au XVIIe siècle :

Car si les hommes se contentent de l’extérieur, il n’en est pas ainsi de vous, vous ne vous payez pas de mine, & de contenance, & ne prenez pas l’apparence & l’ombrage pour la vérité de l’amour.

Louis Bail, La Théologie affective, 1643

 

À lire ici : pourquoi dit-on « de but en blanc » ?

Elle devient courante à partir du début du XIXe siècle :

Ce grand héros ne paie pas de mine ! la taille, il est vrai, ne fait pas la bravoure, et je sais, comme l’a dit L. Racine : Que dans de faibles corps s’allume un grand courage.

Journal, 19 août 1817

 

Tu verras, en habitant parmi nous, que nous sommes cent fois plus honnêtes ; au moins nous ne faisons le mal qu’à notre corps défendant ; nous sommes gens de parole et nous n’assassinons point ceux qui par leur service ont acquis quelques droits à notre reconnaissance. Ceux de ma troupe, il est vrai, ne paient pas de mine ; on sait tout de suite en les voyant, à qui l’on a affaire […]

Comtesse Nardois, Le Chevalier aux armes noires, 1820

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *