380 Vues
Enregistrer

Ouvrir la boîte de Pandore : définition & origine de l’expression

Publié le 05/07/2021 (m.à.j* le 20/12/2023)
1 commentaire

Ouvrir la boîte de Pandore est une expression qui signifie : libérer la source de nombreux maux, commettre une imprudence qui aura de lourdes conséquences, un acte qui aura des conséquences irrémédiables et irréparables. 

Ouvrir la boîte de Pandore : origine de l’expression

Pandore, la première femme selon le poète grec Hésiode, a ouvert une jarre (ou une boîte) contenant des maux que les hommes, qui vivaient jusque là paisiblement avec les dieux, ne connaissaient pas : le travail, la maladie et la mort. Effrayée par son acte, elle laisse toutefois l’espoir dans la boîte, dernier recours des hommes pour affronter ces maux nouveaux. Pandore avait été forgée par Hephaïstos sur ordre de Zeus, le roi des dieux, pour se venger de son cousin Prométhée qui avait fait don du feu aux hommes. 

Hephaïstos a donc forgé Pandore avec un diadème d’or, Aphrodite lui a donné la beauté et la grâce, Athéna l’a vêtue d’une robe blanche et d’un voile, et Hermès a inscrit dans son cœur la fourberie, la dispute et le mensonge. C’est Hermès qui a mené Pandore, du grec Pandora, littéralement « le cadeau de tous » (les dieux) à un frère de Prométhée, Épiméthée, « l’imprévoyant ». Épiméthée a accepté ce cadeau et l’a épousée, malgré les avertissements de son frère. Parmi les hommes, elle trouve la boîte maudite, la « boîte de Pandore », contre laquelle Zeus avait excité son imagination en lui disant de ne pas l’ouvrir. 

Le « péché originel » de Pandore, semblable à celui d’Ève dans la Bible (qui a mangé le fruit interdit de l’arbre de la connaissance), toutes deux femmes mues par la curiosité, consacre la condition mortelle des hommes, qui les distingue définitivement de la condition des dieux. La femme est désormais indissociable de l’homme, et forme avec lui l’humanité.

Au figuré, l’expression « la boîte de Pandore » désigne donc un acte aux très lourdes conséquences ou une imprudence, une inconséquence qui accablera ceux qui l’ont commise. Cet emploi au figuré est ancien. On le trouve par exemple dans ce texte datant du début du XVIIe siècle :

Mais, voyons un peu, comme ces mal-heureuses traditions sont la boite de Pandore, dont fluent toutes corruptions, abus, superstitions : c’est la boucherie & saccagement du vray Christianisme […]

Antoine Fuzy, Le franc-archer de la vraye Eglise

Exemples avec boîte de Pandore

  • Commettre l’adultère, c’est ouvrir la boîte de Pandore : on effectue un acte irréparable à la suite duquel les choses ne pourront plus jamais être « comme avant ».
  • Ce politicien a ouvert la boîte de Pandore en évoquant à la télévision, à une heure de grande écoute, cette affaire publique qui fait l’objet d’un douloureux tabou dans son pays. Depuis, les débats se sont enflammés, les opinions s’affrontent avec beaucoup de violence.
  • « Après avoir donné l’ordre d’arrestation à Guitaut, son capitaine des gardes, Anne d’Autriche s’enferma dans son oratoire avec Louis XIV, le fit mettre à genoux, lui apprit ce qui allait s’exécuter et lui ordonna de prier pour le succès de l’entreprise. Les princes se laissèrent arrêter sans faire de résistance et furent emprisonnés à Vincennes, puis au château du Havre. Mais la reine avait ouvert la boîte de Pandore : les familles des captifs soulevèrent les provinces, et la guerre civile s’étendit à tout le royaume » (Thierry Sarmant, Louis XIV)

À lire

  • Sonia Darthou, Lexique des symboles de la mythologie grecque
  • Catherine Salles, La Mythologie grec et romaine
  • Joël Schmit, Les 100 histoires de la mythologie grecque et romaine

Voir ici : pourquoi dit-on « jouer les Cassandre » ?