168 Vues
Enregistrer

« Pécunier » ou « pécuniaire » ? (orthographe) ✍️💰

Publié le 04/10/2021
0 commentaire

Orthographe

On écrit : pécuniaire. Ce terme, emprunté au latin pecunarius « relatif à l’argent », signifie : qui un rapport avec l’argent, qui consiste en argent (pour une amende par exemple). « Pécunier » et « pécunière » n’existent pas. « Pécunier » n’est pas le masculin de « pécuniaire » qui serait la forme féminine de l’adjectif. Il ne se décline pas comme « financier » / « financière ». Le fait de l’employer est ce que l’on nomme parfois un barbarisme (à lire ici)

« Pécuniaire » est en effet un adjectif épicène, car sa forme ne change pas selon le genre. 

Exemples

  • Ce couple était très aigri par de terribles pertes pécuniaires.
  • Le peuple trouvait scandaleux les nombreux avantages pécuniaires dont bénéficiait la classe sociale qui possédait le pouvoir politique, au point de se révolter.

Une circonstance heureuse n’était jamais venue, si bien que, par fausse honte, gêne pécuniaire, crainte des maladies, entêtement, habitude, à cinquante-deux ans, et malgré le séjour de la capitale, il possédait encore sa virginité.

Flaubert, Bouvard et Pécuchet

Le cas est le même pour d’autres adjectifs en -aire : « judiciaire », « sanitaire », « monétaire », « ferroviaire », etc. À lire ici : « juridique » et « judiciaire », quelle différence ?

L’adverbe dérivé est pécuniairement. 

Mais s’il y perdit pécuniairement parlant, il y gagna moralement une bonne leçon, et, plus tard, il en recueillit les fruits.

Balzac, Eugénie Grandet

Pécunieux signifie « qui a beaucoup d’argent »

Cette partition entre pécunieux et laborieux ne plaît pas à la présidente des Intérêts de Carouge, Béatrice Berthet, mais elle admet: «Les commerçants ne nécessitant pas de revenus, il y a en a, mais ce n’est pas la majorité…

Letemps.ch

Son antonyme est impécunieux

La perspective mériterait donc d’être renversée : la dette publique serait moins une faveur gracieusement consentie à des États impécunieux par des créanciers généreux que la « nourriture terrestre dont les marchés ont besoin », selon les termes du directeur du quotidien financier La Tribune.

monde-diplomatique.fr