561 Vues
Enregistrer

Pourquoi dit-on « allô » au téléphone ?

Publié le 22/05/2020
5 commentaires

Allô ou allo, l’interjection par laquelle une conversation téléphonique est inaugurée, vient de l’anglais des États-Unis hallo ou hello, dont les formes plus anciennes sont hallóo ou hollo, interjections qui servent à appeler quelqu’un, attirer son attention, exprimer la surprise, donner des ordres aux chiens à la chasse, etc. On trouve de nombreuses variantes dans le vocabulaire shakespearien : les verbes halloo, hallow, holloa, hollow, « s’exclamer », « hurler », « suivre avec des cris ».

Edg. Pillicock sat on Pillicock-hill: Halloo, halloo, loo, loo!

Shakespeare, Roi Lear, III, 4

Ce terme serait selon le TLFi un emprunt à l’anglo-normand halloer, terme cynégétique signifiant :

Crier hallou pour exciter les chiens à poursuivre le gibier

Hallou étant la part de gibier réservée aux chiens.

 

Pourquoi dit-on « allô » au téléphone ? enquête sur l’origine


Un article du New York Times de 1992 rapporte l’enquête menée par l’historien américain Allen Koenigsberg sur les origines du hello téléphonique anglo-américain. Son probable géniteur est Thomas Edison (1847 – 1931), l’un des inventeurs du téléphone avec Alexander Graham Bell (1847 – 1922). Il est difficile de savoir pourquoi Edison a choisi de dire hello plutôt qu’un autre mot. On peut néanmoins constater que ce mot avait l’avantage, au cours des expérimentations d’Edison sur le son enregistré par le téléphone, d’avoir une sonorité très perceptible. Le halloo de la chasse serait devenu, trituré dans la bouche d’Edison, le hello final.

Ce hello aurait même été emprunté par les partisans de l’inventeur du téléphone, Bell, alors qu’ils semblaient vouloir employer un autre signal, ahoy ! 

Le terme fait sa première apparition dans la littérature dans une satire de 1880 de Mark Twain (1835 – 1910), A Telephonic Conversation

CENTRAL OFFICE. (Gruffly.) Hello ! 

I. Is it the Central Office?

C. O. Of course it is. What do you want?

I. Will you switch me on to the Bagleys, please?

 

À lire

Dictionnaire historique de la langue française