Suppôt de Satan : définition & origine [expression]

Un suppôt de Satan : un serviteur de Satan et, par extension, une personne maléfique. 

 

Un suppôt de Satan : origine de l’expression


Un suppôt, du latin médiéval suppositus, « subordonné », de supponere , « placer sous », « placer sous l’autorité de », désignait, dans un corps, surtout l’Université, un subalterne, un remplaçant, une personne qui en seconde d’autres. 

Par extension, un suppôt est un partisan, un adepte.

Quand l’hôte du Petit-Bacchus eut apporté un pot de vin, le libelliste leva sa tasse et porta la santé de M. l’abbé Coignard qu’il nomma coquin, ami des bandits, suppôt de la tyrannie et vieille canaille, d’un air extrêmement jovial.

Anatole France, Les Opinions de Jérôme Coignard

Un suppôt de Satan est donc un serviteur de Satan.

L’expression est employée dès le milieu du XVIe siècle :

Car quand l’intelligence bonne & premiere, qui eust faict sainct Jehan-Baptiste Pape, s’il n’eust esté occis, ou Judas s’il n’eust esté par l’ambition & par l’avarice réprouvé & faict suppost de Satan […]

Guillaume Postel, Les tres-merveilleuses victoires des femmes du Nouveau monde, 1553

On trouve aussi suppôt du diable :

L’une des preuves plus certaines de crime, & d’estre suppost du Diable, est la marque, comme tous ceux qui en ont escrit ont observé; qui est parfois emprainte au front, parfois à la levre , parfois soubs la paupiere de l’œil […]

Pierre de Lancre, Tableau de l’inconstance des mauvais anges et demons, 1613

 

Voir ici : « faire long feu » et « ne pas faire long feu », quelle différence ?

 

Autre exemple


Par une étrange aberration, ces hommes, qui avaient pour la plupart abusé des plaisirs de l’amour, et que remplissait le souvenir d’une jeunesse orageuse, c’est à la femme qu’ils font porter tout le poids de l’infamie qu’ils croient inhérente aux instincts naturels.
Pour l’Église, elle devient le suppôt de Satan ; elle est l’Impure, celle qui a perdu l’humanité.

Avril de Sainte-Croix

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

1 réponse

  1. BABELAERE dit :

    Si je ne me trompe pas, la sculpture que l’on voit d’un ange déchu vient d’une église de Liège ou dAnvers. J’avais été fasciné par cette magnifique représentation et l’avais prise en photo il y a fort longtemps avant l’ère d’internet ou presque et je l’ai donc perdu. Pouvez vous m’envoyer une image complète ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *