À hue et à dia signifie de manière contradictoire, désordonnée, chaotique. Tirer à hue et à dia, c’est aller dans tous les sens, ne pas suivre de ligne précise. Ces deux termes sont des onomatopées, des cris de cavalier ou de charretier. Hue ordonne au cheval d’avancer ou d’aller à droite, et dia lui ordonne d’aller à gauche. « Hue » est toujours connu de la plupart des locuteurs, « dia » bien moins. Cette expression est très courante. On peut relever plusieurs variantes qui sont sorties d’usage : « il n’entend ni à hue ni à dia » (on ne peut lui faire entendre raison), « aller à hue à dia » (ne pas suivre une ligne précise). Exemples d’emploi de cette expression

  • Depuis que le styliste avait démissionné, rien n’avait de cohérence dans ce qu’ils faisaient, tout était brouillon, ils tiraient à hue et à dia.
  • — En voilà des généraux de quatre sous qui vont à hue et à dia ! On voit bien que nos jambes ne leur coûtent pas cher. (Zola, La Débâcle)
  • « Le pauvre homme, continua Rouletabille, me répondait comme il pouvait, à hue et à dia. Il souffrait. (Leroux, Le Mystère de la chambre jaune)
  • Il savait qu’il faut tirer les politiciens à hue et à dia, leur faire violence, les contourner si besoin, et toujours user avec intelligence des traits les plus communs de leur personnalité. (La-croix.com)

Il ne semble pas exister d’équivalents en anglais ou en allemand.