223 Vues
Enregistrer

« À toute fin utile » ou « à toutes fins utiles » ? orthographe

Publié le 21/02/2020
1 commentaire

La forme la plus courante et traditionnelle est : à toutes fins utiles. La forme mise entièrement au pluriel est la plus courante et peut être, à ce titre, privilégiée. C’est celle choisie par les dictionnaires usuels comme le Larousse, le Robert, le TLFI ou le Dictionnaire de l’Académie française. Une recherche sur Google Ngram montre que la formule plurielle est bien plus courante.

Toutefois, ce choix a pu faire l’objet de quelques contestations, étudiées par le blog Parler français. Rien n’interdit d’écrire « à toute fin utile » ou « à toutes fins utile » (en supposant alors qu’ « utile » n’est pas l’adjectif de « fins »). Le singulier est néanmoins rare sur Gallica

Cette expression est une extension de la forme plus ancienne à toute(s) fin(s), dont l’orthographe n’était pas fixée (néanmoins rapportée au singulier dans le Littré, dictionnaire du XIXe siècle). Elle apparaît dans sa forme plurielle dans les années 1830, et appartient au vocabulaire de la bureaucratie administrative. Le Dictionnaire historique de la langue française relève un synonyme du XVIIe siècle « à telle fin que de raison ».

Vous devez cliquer ici pour lire l’article : « en tout genre » ou « en tous genres » ?

 

Exemples avec à toutes fins utiles

  • « […] dans cette Critique de la Raison pratique où le grand défroqué du protestantisme platonisa, à la mode de Germanie, pour une Allemagne préhistoriquement sentimentale et aulique, à toutes fins utiles d’un mysticisme poméranien. » (Proust, À la recherche du temps perdu)
  • « Pas lourd : ce soir, comme un fait exprès, nous sommes débordés. — Et vous ? — Je suis à votre disposition. — Alors prenez un flingue, à toutes fins utiles, et dégagez une bagnole du garage : on part en croisière. Rambour dans dix minutes ! » (Dard, San-Antonio, La Queue en trompette)
  • « Ces îlots délivrés ont perdu toute communication avec les quantités incalculables de matière façonnée à toutes fins utiles […] » (Nizan, Aden, Arabie)
  • « « J’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint à toutes fins utiles un dossier concernant une plainte de la demoiselle Heninghem, de Hondezeele. » » (Maurois, Les Silences du colonel Bramble)
  • Je doute fort que M. Arnold Naville puisse me renseigner , mais je compte lui écrire à toutes fins utiles (Gide, Correspondance avec Justin O’Brien)