« Agonir » et « agoniser » : quelle différence ?

« Agonir » et « agoniser » sont des paronymes.

 

Agonir : accabler d’insultes


Serait dérivé de l’ancien verbe ahonnir, « couvrir de honte, déshonorer, insulter », qui aurait évolué sous l’influence d’ « agonie ».

Agonir, verbe rare et littéraire, signifie :

1. accabler (d’injures, de reproches, de malédictions, etc.)

[…] (alors elle enrageait), la voilà qui se met à m’agonir d’injures, disant que c’était honteux que je ne lui eusse rien dit, que je n’avais pas de cœur, que j’étais pire qu’un chien, que comme le susdit j’eusse bien mérité de crever de colique tout seul, sur mon fumier.

Romain Rolland, Colas Breugnon

 

Je viens de chez M. le Curé, dit-il en entrant. Je lui ai raconté ce qui s’est passé. Il a soupiré, puis il a souri avec un air si bon et si triste, qu’il m’a donné envie de pleurer. Il m’a dit qu’il fallait chercher de l’ouvrage ; j’ai été demander à Mme Piron, qui m’a agoni de sottises ; et puis à Mme Ledoux, qui m’a jeté un balai dans les jambes.

Comtesse de Ségur, La Sœur de Gribouille

« Agonir » se conjugue ainsi au présent de l’indicatif :

j’agonis
tu agonis
il/elle/on agonit
nous agonissons
vous agonissez i
ls/elles agonissent

À l’imparfait, la terminaison prend deux « s » (par ex: « j’agonissais »). Dans le passage suivant, Céline confond l’imparfait d’agonir et celui d’agoniser :

Voleur ! Fainéant ! qu’elle m’agonisait… Vous avez même pas de métier !

Voyage au bout de la nuit

 

À lire ici : « coasser » et « croasser », quelle différence ?

 

Agoniser : être en train de mourir


Du latin chrétien agonizare, « lutter, combattre, souffrir les douleurs de la mort, le martyre », du grec agonizomai, ἀγωνίζομαι, qui a d’abord donné agonizer « combattre, souffrir ».

Agoniser signifie :

1. être à l’agonie, être près de la mort ;

Ma grand’mère que j’avais, avec tant d’indifférence, vue agoniser et mourir près de moi !

Proust, Le Temps retrouvé

 

Il crut qu’elle râlait encore, il avait un tel désespoir, une honte si douloureuse, à la voir agoniser toute nue, qu’il la saisit d’un élan fraternel, à pleins bras, la souleva, la posa sur le lit dont il rejeta le drap, pour la couvrir.

Zola, La Bête humaine

 

2. par métaphore : souffrir beaucoup physiquement ou moralement, être abattu ;

Ce mariage ne me démontrait-il pas qu’elle était guérie de son sentiment pour moi, tandis que j’agonisais de mon sentiment pour elle ?

Paul Bourget, Le Disciple 

Pauvre peuple ! que l’on amuse avec du fard et des costumes de théâtre, tandis qu’il agonise.

Flaubert, La Peste à Florence

 

3. par métaphore : être près de sa fin (pour une chose, un phénomène, etc. ).

On dirait que le goût français, qui agonise, — qui crève d’avoir essayé de vivre, le malheureux, aux crochets de cette vieille gaupe, la bourgeoisie, — a voulu se moquer de lui-même, avant de mourir, et vomir dans un dernier hoquet tout le blanc qu’on lui a fait bouffer.

Georges Darien, La Belle France

 

La tension monte progressivement entre les manifestants et les forces de l’ordre. Pour se protéger des gaz lacrymogènes, les manifestants s’arment de parapluies, donnant le nom à leur mouvement. Pékin joue le pourrissement et laisse le mouvement agoniser.

Lesechos.fr

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *