Au grand dam (de quelqu’un) : définition & origine

Au grand dam signifie « au grand désavantage de », « au grand dépit de », « au grand détriment de ». 

Mieux vaut prononcer dam comme damme, plutôt que comme dan (ou dent). 

 

L’origine de l’expression « au grand dam »


Le terme vient du latin damnun, « dommage, préjudice », qui a aussi donné « damner« . 

Il est présent dans la langue française dès le premier grand texte rédigé dans ce qui s’approche de cette langue, en 842, les Serments de Strasbourg, alliance entre Charles le Chauve et Louis le Germanique.

Et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.

Avec Lothaire, je ne tiendrai aucun plaid qui de ma volonté puisse porter tort à mon frère Charles que voici.

Traduction bnf

On disait ainsi en ancien français « être au dam de quelqu’un« , c’est-à-dire « nuire à quelqu’un ». Il était aussi usité dans les locutions à mon, à notre, à votre, à son dam, etc. (à son préjudice). 

« Quelque terrier, dit-il, a sauvé mon galant.
Mes chiens n’appellent point au delà des colonnes
Où sont tant d’honnêtes personnes.
Il y viendra, le drôle ! » Il y vint, à son dam.
Voilà maint basset clabaudant,
Voilà notre renard au charnier se guindant.

La Fontaine, Le Renard anglais

Les deux tournures ont disparu. Il ne reste aujourd’hui que « au grand dam de ». Dam a en effet été remplacé par dommage.

En théologie, le dam était le châtiment éternel.

Le juron « dame ! » est une forme abrégée de « Notre-Dame » (voir ici 18 anciens jurons).

Exemples

« Si vous ne désarmiez pas », continua M. de Norpois sans attendre la réponse collective de Bloch, « si, avant même que fût séchée l’encre du décret qui instituerait la procédure de révision, obéissant à je ne sais quel insidieux mot d’ordre vous ne désarmiez pas, mais vous confiniez dans une opposition stérile qui semble pour certains l’ultima ratio de la politique, si vous vous retiriez sous votre tente et brûliez vos vaisseaux, ce serait à votre grand dam. […]

Proust, À la recherche du temps perdu 

 

A commencer par son opposition à la guerre d’Algérie (1954-1962) quand il était au lycée. A 16 ans, il adhère aux Jeunesses communistes au grand dam de ses parents, antistaliniens.

Lemonde.fr

 

À lire

Bernard Cerquiglini, Petites Chroniques du français comme on l’aime

Stéphane De Groodt, Alain Rey, 200 drôles d’expressions …

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gasselin dit :

    L’Académie française est absolument formelle : la prononciation est : « dent » et non « dame ». Tous les linguistes que je connais partagent cet avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *