Les 18 anciens jurons qu’il faut utiliser aujourd’hui !

Adrian

http://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Gregoire dit :

    Je vois que ces jurons, j’en utilise certains lorsque je suis avec de jeunes enfants pour être polie, pour la plupart se réfèrent à Dieu, moi qui suis athée. Je ne peux m’empêcher de penser à Brassens bien sûr. Le plaisir de jurer sans vulgarité. Merci Adrian.

  2. Paree dit :

    Je suis étonné de ne pas voir « BOUDIOU » Qui mon avis devrais être une évolution de bon dieu.

  3. Carette Véronique dit :

    Fichtre bougre! voilà qui est plaisant! J’en utilise certains, et mes petits enfants, me « copient » surtout pour « Scrogneugneu », qu’ils trouvent hilarant!
    Merci!

  4. Jacques Flick dit :

    Et bernique nom de diou!

  5. Rolly Leclerc dit :

    Sans compter le « rongtudju » de Prunelle, dans les Gasto-la-Gaffe…

  6. Mickey dit :

    Bonjour… je me suis toujours demandé si « Mazette » ne viendrait pas de « Mazel Tov » qui signifie « Bonne chance » ?

  7. Do dit :

    Palsambleu je pensais que cela venait de « pas le sang bleu » donc pas noble !!! Diantre et fichtre sont les « gros mots » que je m’autorise à utiliser !!! J’adore ! Merci pour les explications !

  8. AlexIgeant dit :

    J’ai dans ma cassette de trésors grossiers l’abscons et ďésuet « sac à papier », dont je souhaitais ici réparer l’absence.

  9. Arnaud dit :

    Nous avons aussi « foutrecul » à utiliser sans modération

  10. Dalle dit :

    POURSUR celui là aussi.

  11. bikista43 dit :

    En « gaga » (le parler stéphanois), on profère aussi: « miladzeu ». (voir les différents dictionnaires du gaga: lescastors.over-blog.fr/pages/Dictionnaire_du_Gaga_hz-511453.html )

  12. Patrice dit :

    « Noum dé pas Dioû » est le juron (ou une galéjade) des Provençaux qui peut se traduire par « Pas nom de Dieu » : la négation pas détruit le blasphème !
    Ex : dans l’ouvrage « Maurin des Maures » (de Jean Aicard)
    « Alors Parlo-Soulet parla.
    Il parla d’une voix nette, claire, comme il eût fait pour être entendu d’un camarade un peu sourd :
    – Noum dé pas Dioû !… fit-il, en voilà une, d’histoire ! Elle est drôle, celle-là ! Elle vaut les autres histoires du même Maurin ! Je l’aime bien, cet animal, mais ce n’est pas pour dire, il me fera, quelque jour, finir en galères ! « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *