337 Vues
Enregistrer

Bayer aux corneilles : définition & origine (expression)

Publié le 17/06/2021
0 commentaire

Bayer aux corneilles signifie : ne rien faire, rêvasser, être oisif, s’ennuyer, s’amuser à regarder en l’air niaisement. « Les consultants bayaient aux corneilles au lieu d’évaluer le cas qui leur avait été soumis ».

Bayer aux corneilles : origine de l’expression

Cette expression ne vise pas ici le fait de bâiller, c’est-à-dire ouvrir machinalement la bouche à cause de la fatigue ou de l’ennui, mais le fait de bayer, verbe très proche de même étymologie (le latin vulgaire batare), qui n’est guère plus en usage, et qui signifiait « s’ouvrir », « ouvrir en grand » ou « demeurer passivement la bouche ouverte », « regarder bouchée bée » (boucher ouverte).

Sa forme antérieure est béer.

Toutefois prens bien garde, ma bonne Dame mamie, de ne te point laisser engeoler par ces conteurs de sornettes qui vont bayer de porte en porte

Tristan L’Hermite, 1659-1663

La personne qui baie aux corneilles est donc qui regarde en l’air niaisement des choses sans intérêt, comme des corneilles, animal ordinaire, ou des cornouilles, fruit du cornouiller.

Voir ici : corbeau et corneille, quelle différence ?

C’est pourquoi Rabelais (1483 – 1553) décrit Gargantua (1534) comme bayant souvent aux mouches :

Et aculoyt ses souliers & baisloit souvent aux mousches & couroyt voulentiers après les parpaillons, desquelz son père tenoyt l’empire.

Chapitre X

Cependant, bâiller est souvent pris pour bayer, ce qui a enrichi cette expression du sens « s’ennuyer ».

Lors d’une réunion ou d’une présentation, rien de plus désespérant que de voir l’assistance bailler aux corneilles ou avoir le nez sur son smartphone, alors qu’on a pris tant de soin pour peaufiner son texte.

Bftmtv.com

À lire en cliquant ici : pourquoi dit-on « une image d’Épinal » ?

Exemples

  • Au lieu d’étudier avec sérieux, nous bayions aux corneilles pendant les cours, nous privant peut-être de savoirs importants.

Madame Vogel, elle-même, qui regardait tout artiste comme un fainéant, n’osait pourtant pas lui reprocher, d’une façon agressive, comme elle en avait envie, les heures qu’il passait à bayer aux corneilles, le soir, à la fenêtre de sa mansarde […]

Romain Rolland, Jean-Christophe

Or, après avoir demandé des amusements aux minuties de la toilette, il a perdu bientôt cette ressource ; s’il n’a pas apporté quelque travail impossible à réaliser, et qu’il remporte vierge en en connaissant seulement les difficultés, un écrivain est donc obligé alors de tourner dans les allées du parc, de bayer aux corneilles, de compter les gros arbres.

Balzac, Les Paysans