454 Vues
Enregistrer

« Ça » : quand faire l’élision en « ç’ » ?

Publié le 19/10/2022
0 commentaire

« Ça » peut s’élider en « ç’ » devant le pronom « en » ou devant une forme de l’auxiliaire « avoir » qui commence par un « a ».

  • Ç’avait été une soirée incroyable.
  • Je crois que ç’a été très difficile pour elle.
  • J’adorais partir en voyage, loin, sur des terres que je croyais inexplorées, bien que ç’ait été toujours un grand effort pour moi à cause de ma santé fragile.
  • C’est tellement triste que ç’en est presque drôle.
  • Si une inondation s’ajoute à la sécheresse, on pourra dire alors que ç’aura été la pire année de ma vie.
  • « — Y en a ! y en a !… Ç’en est farce, tant y en a !… Ah ! bon sang ! quand y en a, y en a ! » (Zola, La Terre)
  • « Oh ! elle m’aurait vu, ç’aurait été un petit malheur. » (Proust, À la recherche du temps perdu)

Cependant, il faut noter que cette élision est facultative, et que la non-élision est très courante. Exemples :

  • Ça a été une très belle soirée.
  • Ça aurait été vraiment triste que tu ne viennes pas en vacances avec nous.
  • Ça aura été la plus belle chose qui me soit arrivé dans ma vie.
  • Sans que ça ait été voulu, plusieurs groupes différents de mes amis m’avaient préparé une fête pour mon anniversaire.
  • « — Non, il est passé dans les miennes ; je ne dirai pas que ça a été sans peine, par exemple, car je mentirais. » (Dumas, Les Trois Mousquetaires)
  • « – Non, ça aurait été stupide, sa visite était justement cette excuse » (Proust, À la recherche du temps perdu).
  • « Ça en est venu à un tel point que nombre de magasins ouvrent des crédits à leurs clientes, qui ne payent plus que l’intérêt de leurs achats. » (Journal, Goncourt)

« Ça », sauf quand il traduit l’allemand es, est une contraction de « cela ». Son usage est considéré comme familier. Certains considèrent que « ça » ne doit pas s’élider, mais que de grands auteurs l’ont fait sans connaître la règle, sur le modèle de « ce ». À l’oral, par haplologie, on prononce souvent « ç’a » plutôt que « ça-a ».